Accueil    Franchini è panitaliano , decisamente  diffuso in tutto il nord d'Italie e in Puglia , con ceppi anche in Toscane ,nel Lazio ed a Napoli

  http://terrescontees.free.fr/regions/italie.htm

Les noms de famille pour retracer cinq siècles de migrations en Italie

En Italie, l'adoption des noms de famille date de la fin du Moyen-Âge, ou du début de la Renaissance, lorsque l'Eglise imposa aux paroisses de tenir des registres de la population. Les migrations sont un phénomène constant dans toute population et les descendants d'un ancêtre éloigné dans le temps vivent rarement au même endroit que lui. Plus le temps passe et plus les individus s'éloignent du lieu d'origine de leur famille. La révolution industrielle a entraîné une accélération de ce phénomène. Une équipe de recherche franco-italienne1 impliquant notamment l'unité « Eco-Anthropologie et ethnobiologie » (Muséum national d'Histoire naturelle/CNRS) s'est penchée sur la diffusion des patronymes en Italie afin d'étudier les liens entre généalogie et identité culturelle qui se sont établis au cours des derniers cinq siècles. Il apparaît que certaines régions sont largement peuplées par une population proche de celle de la fin du Moyen-Âge mais, aussi, que le télescopage entre identité culturelle et identité « généalogique » est très complexe, ce qui revient à remettre en question un discours unitaire sur les origines. Cette étude vient d'être publiée dans la revue américaine Human Biology.

Recenser le nombre d'individus masculins portant un nom de famille typique de sa région, c'est-à-dire habitant toujours le lieu de vie de son aïeul à l'époque où les patronymes furent établis, demanderait une étude généalogique longue et fastidieuse, les archives d'Etat Civil, notamment, étant souvent incomplètes. 
Les chercheurs ont donc privilégié l'hypothèse que la distribution géographique d'un même nom de famille en indique souvent l'origine géographique, car sa fréquence relative à l'échelle du pays est plus grande là où il a commencé à être utilisé. 

L'utilisation d'une méthode empruntée à l'intelligence artificielle, les réseaux neuronaux de Kohonen2, a permis d'analyser de manière automatique la distribution géographique de près de 80 000 noms de famille italiens  correspondant à vingt millions d'individus vivant aujourd'hui. Pour 75% d'entre eux, les chercheurs ont identifié la province où leurs ancêtres masculins habitaient il y a cinq siècles, c'est-à-dire les lieux où leurs patronymes ont été utilisés pour la première fois.

Le croisement de ces données avec la distribution géographique actuelle des noms de famille permet d'identifier les variations dans la composition de la population depuis cinq siècles : 

  • Certaines régions dont l'identité culturelle forte laisserait supposer une  population plutôt « autochtone » s'avèrent avoir été un couloir de migration (Ligurie, Toscane, région autour de Rome).
  • D'autres régions, dont l'identité culturelle est également forte, sont effectivement largement peuplées par les descendants de la population qui y vivait à la fin du Moyen-Âge (Vénétie).
  • Les grands flux migratoires du Sud vers le Centre (Rome) et le Nord (Milan, Turin, Gênes) n'ont pas été contrebalancés par un mouvement inverse et rendent la population de nombreuses provinces de l'Italie du Sud très proche de la composition qui était la sienne à l'époque.
  • La population des grandes villes (Turin, Milan, Rome), bien que de nos jours largement composée d'immigrants, montre un solide noyau ancien. Les descendants de ceux qui y vivaient dans le passé avaient peu de raisons de migrer ailleurs, au regard des nombreuses opportunités que ces villes ont continué à offrir dans le temps.

Ces résultats sont d'un grand intérêt, car ils démontrent le complexe télescopage entre identité culturelle et identité « généalogique » et remettent en question un discours unitaire sur les origines. 
Au-delà de toute schématisation, le pourcentage de la population « autochtone » d'une région apparaît très variable et des provinces proches sont souvent caractérisées par des phénomènes démographiques très différents (cf carte ci-dessous).

                                                                                                                Carte_Manni

 

                                                                                                          Snip 20180302154542italie en 1300

                                                                                                                                                                                                                                                   

                                                                                                               Repubblica di VENEZIA  di 697 à 1797                                                                                           

                                                                                                                                 Carte d italie du nord 1404                               

                                                                                                                     carte de 1402   Territoire de la Vénétie en Blanc 

                                                                                                          

 COGNOME FRANCHINI : Il pourrait dériver, directement ou par des formes hypocoristiques, du latin nomen Francus, du nom germanique Frank ou d'un surnom dérivé de l'éthique ethnique franche (appartenant à la nation franque).

LA NOBLESSE Franchini remonte aux Franchini de Pistoia noblesse Franc 


Il cognome Franchini è diffuso al centro nord.

Presenza

Ci sono circa 3266 famiglie Franchini in Italia
Scopri la mappa di diffusione del cognome Franchini in Italia!

Popolarità

Il cognome Franchini è 94° nella regione Emilia-Romagna
Il cognome Franchini è 25° nella provincia di Modena
Il cognome Franchini è  nel comune di Garlasco (PV)       

                                                                           

Stemma   di tutte  queste  famiglie sottstanti  sono le armi di verone a cui si sono tutte aggregato queste famiglie

  Franchini Franchini     CESENA FORI  ( VERONE ) RAVENNE
di rosso, alla croce d'argento
 

Franchini  de  (Lecco_Bergamo_Lombardia)  =  ARMES: De gueules, avec un château d'argent, au chef d'or, chargé d'une aigle de sable et soutenu d'une divise d'azur.
 

Franchini (TOS) (Pistoia)
troncato: nel 1º d'argento; nel 2º sbarrato d'argento e di nero: alla fascia di rosso attraversante sulla troncatura

 

  Franchini (TOS) (San Miniato) origine Pistoia
d'azzurro al pino al naturale sulla campagna di verde, accostato in capo da una fascia centrata di rosso, caricata di 3 gigli d'oro



Franchini Stappo
Armoiries de la famille Franchini Stappo :    Quartiers: dans le premier argent, avec trois bandes rouges et le lion d'argent croisé; dans le second argent, à l'aigle à bec noir et à membres rouges, couronné d'or; dans la troisième en argent, sur la contre-double bande bleue inclinée vers la droite, accompagnée de quatre étoiles de six rayons d'or, deux à la tête et une à la pointe; dans le quartier d'argent, avec trois bandes de rouge et au destroyer armé, tenant une masse, se déplaçant du flanc droit et traversant. Cimiero: Une femme vêtue de rouge naissant, tenant une masse à droite et un ruban avec la devise: Justice à gauche. Forteresse 

Franchini    Cosenza Calabre ramification des Franchini stappo ;= bandé  d'or et d'azur   au chef du même, chargé d'une fleur de lys d'or entre deux roses de gueules     

Franchini    SUISSE  Patricien  et Cremone Lombardie inscrit  a Milan  Nobile  :  - écartelé d'azur et d'or, au château d'argent, brochant sur le tout ; au chef d'or, chargé d'une aigle couronnée de sable  ;            et egalement :      de gueules, au château d'argent, au chef d'or, soutenu d'une divise d'azur, et chargé d'une aigle de sable                                                                                                 

 Franchini   Bari (pouilles)  bandé d'or et d'azur, au chef du même, chargé d'un lys d'or auquel s'approchent deux lys de rouge 

Franchini       Bologne         d'or, à trois fasces ondées d'azur

Franchini (Franchino)   Padoue  coupé, au 1 d'or, à une aigle
éployée  de sable ; au 2 de gueules, au tertre de trois coupeaux
d'argent ; à une fasce d'azur brochant sur le coupé - Alias : la fasce
chargée de cinq étoiles d'or

 Franchini       Venise, Verone  d'azur, à un avant-bras posé en
pal, paré d'or, issant de flammes de gueules, la main de carnation,
empoignant une boule d'argent, le tout soutenu d'un tertre de trois
coupeaux de sinople

   Franchini       Italie, Cesena  - speccato;nel 1 d'azzuro,al
serafino fra due stelle d'oro,nel 2 d'argento ,alla torre al
naturale,colla fascia di rosso; attraversante sulla partizione
- coupé, au 1 d'azur, au seraphin entre deux étoiles d'or ; au 2
d'argent, à une tour au naturel ; à une fasce de gueules, brochant surla partition

  Franchini (Franchino)   Mendrisio, Balernia SUISSE    tranché, au 1
d'azur, au lion issant d'or, tenant un rameau de sinople ; au 2 de
gueules, à une couronne antique d'or

  Franchini et Franchini de St-Miniato         - d'azzuro
al pino al naturale sulla campagna di verde, accostato in capo da una
fascia centrata di rosso, caricata di 3 gigli d'oro
- d'azur, au pin au naturel, terrassé de sinople, accompagné en chef
d'une fasce en divise de gueules, chargée de trois fleurdelys d'or.
- d'or, au pin au naturel, planté sur une champagne de sinople, au chef
d'azur, chargé de trois fleurdelys d'or rangées, entre les quatre
pendants d'un lambel de gueules

                                      Toutes les personnes qui portent ce nom de famille "FRANCHINI" cognome viennent d'une Noble lignée   cognome qui émerge du cognome   de  Franco ou de Franchis ou Franchi      qui était lié à la tribu des "Francs", dont le sens dérive du terme germanique "Franka" ou "courageux" . L'origine du nom de famille est ancienne et remonte à 1066, où une famille du nom de famille "Franco""Franchi" a été enregistrée à Capua  où elles ont été exilées en 1066 à la suite de la révolte anti-normande ​  , dont les membres ont ensuite déménagé à Irpinia et Bénévent,  puis sont revenues sous la régence du prince Jordan II, avec Landulfus et Landenulfus de Lufrancu . La famille s'est diversifiée dans diverses villes, dont Piedimonte d'Alife (CE), Bénévent, Mugnano del Cardinale (AV), Sarno (NA) et Naples, où elles ont été regroupées au Sedile di Capuana , depuis 1269 en la personne de Giovanni . La maison a été décorée avec les titres de: patriciens de: Capua (en 1066)

 Franchini Per quanto riguarda la diffusione sul territorio italiano, il cognome Franchini tende ad essere più presente del nord del paese, in particolare in Lombardia e Veneto, con una discreta rappresentanza anche in Emilia Romagna e Toscana. Potrebbe derivare, direttamente o tramite forme ipocoristiche, dal nomen latino Francus, dal nome germanico Frank o da un soprannome derivato dall'identificatore etnico franco (appartenente alla nazione dei Franchi) Franchini son étymologie  vient de Franci : les Francs ; envahisseurs de la gaulle a l'époque les Romains  donnaient le noms de Franciscus aux  gallo/ romains qui les premiers  sympathisérent avec les Franc  .    Nous ne le savons pas avec certitude, mais selon plusieurs auteurs,  les références les plus anciennes des Franchini se trouvent à Pistoia, en Toscane, où ils possédaient des villas, ont été testés, etc. les Franchini dans des dates plus anciennes ... tout indique qu'ils sont partis là-bas ... et son bouclier serait "fascia di rosso su troncato di argento e sbarrato di argento e di nero":(coupé de argent sur barré de argent et sable; a la fasce gueules brochant sur le coupé).                       

 Le Franchini; Franchino; Franchina; Fanconi;  Franchi;  Franconi;  Laffranchi;  Lanfranchi;  Lafranchi;  Lanfranconi;  Lanfranchini;  Laffranchino Sont tout de dérive du Land = ( territoire, pays) et du  Frank =; (audacieux;  libre); = Libre de se conduire sur le territoire.
 
 Voici les régions ou on trouve de Lanfranchi avant le 1500::
- la Toscane (descendants du Longobardi) (Pise 1059;  Florence 1081;  Lucca 1101)
-  Poschiavo (Aino 997;  Prada 1010); 
- la vallè de Santa Maria (Glorenza 974); 
- Val Camonica (Darfo 1032;  Lovere 1041;  Edolo 1034) -  La "Valle del Sole" (Pejo 1230).    
                   

                                                                                                                                        ...............................................

                                                                                                                             
                                                                                                                       Securedownloadpatricien                         284px crown of italian nobile corona normale svg                           100px rangkronen fig 33 svg

                                Franchini de  VENETO et VERONE         titre =  NOBILI   -  Noble NOBILI  S.R.I  - CHEVALIER        famille  à Bologne , Bergame ,Ravenne et cesena avec une  souche  antique en  Toscane PISTOIA  avec une  branche à Miniato 

les barons ne versaient au roi que les trois aides de cavalerie. Leur juridiction consistait en un empire simple et mixte, que le roi Roger voulait en vain leur enlever, alors que Frédéric II y parvint. Aujourd'hui le titre de baron est purement honorifique et noble est supérieur à celui de chevalier, mais inférieur à celui de vicomte et comte. Noble  (Nobile) semblable au grade de baronnet en Angleterre ou Freiherr en Allemagne= Freiherr ( allemand: [ˈfʁaɪˌhɛɐ̯] ; homme, abrégé en Frhr. ), Freifrau ([ˈFʁaɪˌfʁaʊ] ; sa femme, abrégée en Frfr. , littéralement "seigneur libre" ou "dame libre")  et Freiin ([ˈFʁaɪ.ɪn] ; ses filles célibataires et tantes vierges) sont des appellations utilisées comme titres de noblesse dans les régions germanophones du Saint-Empire romain germanique et dans ses divers États successeurs, notamment l' Autriche , la Prusse , la Bavière , le Liechtenstein , le Luxembourg , etc. Traditionnellement, il désigne la titre intitulé au sein de la noblesse au-dessus de Ritter ( chevalier ) et Edler (noblesse sans titre spécifique) et en dessous de Graf ( comte, comte ) et Herzog(Duc). Le titre a remplacé la forme médiévale antérieure, Edelherr .

                     La famille Franchini vivait pour une partie à Venise  et  l'autre à Verone    .    Venise et Verone ,Padoue et Este ,,,,=Franchini Coupé d'or, à l'aigle éployée de sable, sur gueules à un tertre de trois coupeaux d'argent, à la fasce d'azur, brochant sur le coupé (et ch. quelquefois de cinq étoiles d'or).

Franchini: Italie ( Vénétie et Verone   - Emilie Romagne - Toscane - Pouilles )
Noblesse: Nobili - Nobili SRI - Cavalieri

        partage les armes avec =    

Franchini:   Italie  Verone    emilie Romagne      (Cesena, Forlì et Ravenne origine de la famille de Bergame) 
Noblesse: Nobili SRI  ,       Vérone ( Cesena Forli Verone),,,,.  Armes : D'azur à un avant bras ;posé en pal ;paré d'or issant de flammes de gueules,la main de carnation,empoignant une boule d'argent ,le tout soutenu d'un tertre de trois coupeau de sinople. 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Certaines des familles les plus anciennes et les plus remarquables de Pistoïa, comme les Ughi , les  Franchini , les  Franchini  Taviani , les Rossi et les Ricciardi, ont le blason du palais, par concession du marquis Ugo d'Arles de Toscane, le grand baron; qui vers l'an  1000 résidant souvent à Pistoia, où il est décédé plus tard, a permis à plusieurs des familles principales de Pistoia, comme déjà à d'autres familles florentines, d'enlever son propre signe, le beau signe qui était rouge avec trois pôles de "silver:" Chacune des belles enseignes du grand baron, dont le nom et l'honneur de la fête de Thomas est reconfirmé,​ dit Hugues le Grand (v. 950- 21 décembre 1001 à Pistoia Toscane ), marquis de Toscane de 961 à sa mort, duc de Spolète Spolète (en italien Spoleto) est une ville  située dans la province de Pérouse en Ombrie, dans le centre de l'Italie  , marquis de Camerino de 989 à 996 Camerino est une commune italienne  située dans la province de Macerata, dans la région des Marches, en Italie centrale Hugues de Toscane épouse une certaine Judith qui lui donne une fille, Willa. Il choisit Florence comme capitale à la place de Lucques et fait édifier à partir de 978 la Badia Fiorentina et se rend célèbre par ses multiples donations aux églises qui sont à l'origine de son surnom.  dit le  grand baron; a vecu dans Pistoia  ou il pocedait environ 1000 habitations le plus  souvent à Pistoia, où il est décédé plus tard, a permis à plusieurs des familles principales de Pistoia, comme déjà à d'autres familles florentines, d'enlever son propre signe, le beau signe qui était rouge avec trois pôles de "silver:" Chacune des belles enseignes du grand baron, dont le nom et l'honneur de la fête de Thomas est reconfirmé, en avait la milice et le privilège ". (Paradis C. XVI). C’était la coutume des familles les plus anciennes qui, après la chute de l’Empire romain, ont été perdues et ne sont restées qu’avec des noms simples, en raison de l’inondation des Barbares.

ORIGINE du Cognome Taviani : Il pourrait dériver de formes aphérétiques également dialectales du nom médiéval Octavianus ou Octavian du nom de personne  Ottaviani, origine du cognome Taviani  serait  originaire de    Sardaigne  (Cagliari ) .
Le nom de famille Taviani a un petit stock à Veronese, un également petit à Ravenne, un à Florence, Sienne et Prato, un à Ancône et un à Rome.
Tavian a une souche à Trevisano, une à Rovigoto, une à Padoue et une pour l'Udinese.
Taviano a une certaine présence dans le Frioul et le Latium et un petit stock en Sicile dans la région de Messine.

 

Ughi Nobili  et Marquis en: Italie ( Toscane )Florence , Pistoia et Pise
Variations Nom:
Franchini, Taviani, Avvocati, Montui, Ughi di Consiglio, Montughi, Ponzetti 

                                                                                                                 Ughi florence pistoia

UGHI: Selon Gofredo di Crollalanza dans son "Dizionario stórico-blasónico delle famiglie nobili e notabili italiane estinte e fiorenti", Ceci est un nom de famille originaire d'Italie et spécifiquement basé à Florence et Pise. Les Ughi de Florence sont considérés comme une magnifique et puissante maison en Italie, où ils possédaient une tour, une loge et des palais, et le patronage de l'église de Santa María, qui a été rebaptisée "Santa María de Ughi", pour cette raison. Une montagne ("poggio") leur appartenait, située à la périphérie de la Porte de San Gallo, qui s'appelait "Montughi" précisément parce qu'elle appartenait aux Ughi et qui par la suite finit par s'appeler "Montui". À certains moments, ils avaient le privilège de défendre l'Église, pour ce qu'ils étaient appelés "Avvocati", et en correspondance les Ughi devaient défendre la personne et les biens de la population des évêques, de sorte que chaque année, ils étaient récompensés par des produits alimentaires; de telle manière qu'ils ont été Prieurs et Gonfaloneros six fois dans l'histoire de Florence. Le palais Ughi-Avvocati, qui se trouve à Florence, leur est connu. Cette famille s'est répandue dans toute la région de la Toscane, principalement à Pistoia, Pise et Florence. Giorgio di Nicolò Ughi avec Tommaso Baroncelli, a introduit à Florence l'art du "battiloro" qui est le mode de pressage de la feuille d'or à coups de marteau répétés, qu'il avait appris à Milan vers l'an 1427. Alamanno di Nicolò Ughi était élu sénateur en 1648 et un autre Alamanno Ughi, neveu du précédent, obtint le titre de marquis. Cette famille, en particulier, aurait disparu en 1783 à la mort de Carlo-Filippo, dont les actifs et les titres ont été transmis à Minerva, sa fille, épouse du comte Orlando Lorenzi. Marguerita di Lanfranco appartenait à une branche des Ughi qui épousa Messer Cino de Pistoja (célèbre poète et juriste italien né en 1270) et dans l'histoire de ce monsieur, il est mentionné que les Ughi de Pistoia étaient une famille très noble à laquelle les Ughi-Taviani-Franchini; Marguerita a eu cinq enfants: Diamante, épouse de Marco Tebaldi (mère du cannoniste Cino Tebaldi), Béatrice, épouse d'Arrigo della Torre, Giovanna, épouse de Schiatta Astesi, Lombarduccia, célibataire et Mino, qui a participé à diverses révoltes à Pistoia. Canon Giovanni Maria Franchini Ughi Taviani, possédait à Pistoia en 1841 une maison située dans via dell'Amore appartenant à la paroisse de San Giovanni. Les Taviani étaient une famille Pistoian avec une tradition gibeline qui détenait la seigneurie Guelfa en 1268 et ils sont devenus liés avec Franchini: Giulio Franchini Taviani a été auditeur général de la ville de Seina en 1751 et Giovanni Franchini Taviani, (fils de Matteo Franchini Taviani), fut un illustre jurisconsulte, conservateur de Rome et fournisseur du château de Sant'Angelo en 1582, année au cours de laquelle il a également été nommé citoyen romain, Niccoló Franchini Taviani était un érudit, Giuseppe Franchini Taviani était un prêtre canon d'une cathédrale, et Cesare Franchini Taviani était un littéraire bien connu né à Pistoia en 1700. Matteo Ughi a été évêque de Cortone de 1426 à 1439.

   Ughi à Florence, San Giovanni, Drago et Florence, Santa Maria Novella, Lion blanc; source: "Collection Ceramelli Papiani"              ARMES: Vairé d'argent et de sabre.aussi  avec  un blason   vairé d'argent  et de bleu    altre armi della famiglia Ughi   ,  De ..., au scorpion montant de ..., accompagné de trois étoiles à huit pointes de ..., une sur la tête et deux sur les côtés. = Il s'agit des armoiries de l'ingénieur et architecte militaire Gabriello Ughi, décédé en 1638 et enterré au monastère de Murate.                          

CARACTÉRISTIQUES: Les émaux symbolisent: ARGENT: Pureté, Intégrité, Obéissance, Fermeté, Vigilance, Éloquence et Expiration. SABLE: Couleur noire qui symbolise la prudence, la tristesse, la rigueur, l'honnêteté et l'obéissance.

 

 

                                                                                                      Hugues darles                                           

                                                                  
 1er blason de la famille   Taviani  franchini

Bouche de six pièces d'argent et rouge. Alias. Idem, vers la boule de croisement bleue posée sur la tête et chargée de trois lys d'or, 2.1.

                                                                                     
       franchini-taviani-alias.jpg     Pistoia     Taviano      F france

             Ughi  Franchini Taviani                 Franchini Pistoia               Franchini Taviani  Pistoia        Franchini  de France   Quercy

Blason de la famille Taviani à Pistoia; source: "Collection Ceramelli Papiani" conservée aux Archives de l'État de Florence fasc.7555. Notes: Les noms patronymiques «Franchini» et «Ughi» sont également attribués à cette famille.

LA NOBLESSE Franchini remonte aux Franchini de Pistoia noblesse Franc   

Selon Vittorio Spreti, dans son "Encyclopédie Storico-Nobiliare Italiana", les Franchini sont ORIGINAIRE de Pistoia avec des branches à San Miniato depuis l'Antiquité, mais aussi à Sienne, le tout en Toscane, en Italie. Dans "Il libro d'oro della Toscana pubblicazione dell'Ufficio araldico, Archivio genealogico di Firenze" apparaissent comme nobles patriciens de Pistoia: les Franchini de Pistoia; et les Franchini de San Miniato en tant que nobles Patriciens de San Miniato. Les Franchini étaient propriétaires de la villa Franchini Taviani à Pistoia, qui occupait la position la plus haute et la plus invisible de la ville et la possédait encore en 1722, en la personne de Giovanni Maria Franchini Taviani, qui a traversé deux générations jusqu'au chanoine Giovanni Maria Franchini, possesseur en 1823.      . La famille Franchini s’est étendue, entre autres, à la Toscane, à la Lombardie,  

FRANCHINI (France): Très ancienne famille qui  a adopté ses armoiries avant le XIIIème siècle. Lieu d'origine de cette famille: Quercy. On la retrouve à différentes époques et dans différents lieux. Cette famille est inscrite in "l'Armorial général ce qu'il prouve jadis  qu' elle se distinguait pour son indiscutable valeur , noblesse démontrée aussi grâce également aux documents de transmission depuis des générations. Il en est ainsi chez les vieux terriers qu'il a été possible de retrouver les premiers degrés de cette maison; et les contrats de mariage ou les testaments ayant été perdus, ce n'est plus qu'à ce precieux registre qu'on peut avoir  des renseignements. Un signe distinctif de noblesse représenté par le blason que l'on a reproduit ci-contre et qui confirme aussi à travers ses emblêmes, au point de vue historique et héraldique la certitude d'une valeur remarquable. Titres nobiliaires de cette famille: anobli en 1544. En France, les Franchini interconnectés avec les Bonaparte et formèrent la famille Franchini-Bonaparte, leur accordant des armes spéciales avec trois fleurs de lis. Les Franchini, dits Francine, ingénieurs hidrauliciens au servide de Louis XIV. Le nom des FRANCINI s'orthographia successivement et se francisa en FRANCINE, FRANSINE, FRANCHINE ou de FRANCHINES. Ignace Franchini, capitaine su service de l'Angleterre, dèbarqué a Boulogne en 1831, était décédé le 1 fevrier 1832, a Paris, dans un hôtel garni de la rue d'Argenteuil. Catherine-Madeleine de Lully, épousse de Jean Nicolas de Francine, maitre d'hotel ordinaire du Roy et elle avait en 1720 deux filles Marie Jeanne-Louise de Francine et Marie-Elisabeth de Francine( se nom de Francine est une deformation du nom italien Franchini). L'Abbé Jules Franchini evoit été nommé pour resider dans la Cour de France en l'année 1725. Jérôme-Napoléon Franchini garde sédentaire, attacché aux bureaux, en Tarn, France, l'année 1836. François Franchini, premier drogman de l'ambassade de France à Constantinople dans l'année 1803 ou il rendit pendant l'Empire les plus grands services a les ambassadeurs et á les chargés d'affaires, aussi, son frère, Antoine Franchini, le seconda efficacement. Franchini (Pierre-Ange), ancien quartier-maître dans le quartier du Temple, Compagnie de la Meuse en l'année 1910. M. Franchini juge de paix de Porto-Vecchio, Corse, en remplacement de M. Lurelli l'année 1879. Philippe Franchini infirmier, Hôpital neuropsychiâtrique de Berrechid, Casablanca, Maroc, l'année 1934. Jean-Baptiste-Augus Franchini Intendant militaire de 2ª Clase a la République française l'anneé 1962. Xavier-Jules-Georges Franchini secrétaire-rédacteur au secrétariat du Conseil municipal, est nommé sous-directeur à la direction adminitrative des Travaux de Paris, l'année 1919. 
ARMES: D'azur, au cavalier d'argent tenant une épée de même.​

FRANCHINI:
Selon Gofredo di Crollalanza, dans son "Dizionario stórico-blasónico della famiglie nobili e notabili italiane est fiorenti", il s’agit d’un nom de famille originaire d’Italie et plus particulièrement basé à Vérone et à Padoue, entre autres. Les Franchini de Vérone et de Padoue sont les descendants d'Ottavio de Franchini, déclaré noble du Saint Empire romain germanique, extensible à tous ses descendants des deux sexes, avec diplôme du 16 septembre 1625, délivré par l'empereur Ferdinando II. Plus tard, cette famille fut confirmée comme noble par une résolution souveraine du 1 er juillet 1819 par Francesco I; et ils ont également été ajoutés au noble conseil de Vérone. In Verone confirmation de noblesse le 04/09/1818 pour Franchini Antonio Giovanni marié à Maria Baldassare. La famille Franchini a été ajoutée au noble conseil de Padoue en 1701 avec Domenico, fils de Marcantonio et Paola Emilia. Giuseppe Maria Franchini né à Padoue, professé à la vie monastique en 1694, à Monte Casino, où il mourut en 1746, fut prieur en 1734 de S. Liberatore et fut chargé de la garde du dossier "cassinese" qui est une congrégation bénédictine et a écrit les œuvres: "Una relazione istorica del monastero di Monte Casino", "Altre dissertazioni su di alcuni punti relativi alla stessa istoria" et "De existentia corporis S. Benedicti in ecclesia casinensi". La noble Chiara Franchini Dottori habitant de Padoue, dans la paroisse de S. Francesco, mourut le 15 octobre 1826 et avait fait don à la maison de Ricovero d'une somme d'argent en 1824. Les Franchinis possédaient une fabrique de terre cuite, porcelaine, masques de cire, etc. à Padoue, en 1750, où ils conservèrent également plusieurs sculptures et toiles de matériaux divers et d’auteurs remarquables, qui furent ensuite distribuées à divers musées en Italie. À Vérone, au milieu et à la fin des années 1800 et au début des années 1900, il y avait un cabinet d'éditeurs qui était dirigé par deux familles: les Vicentini et les Franchini, où Gaetano Franchini était responsable, entre autres tâches, des plaques lithographiques. La famille Franchini s’est étendue, entre autres, à la Toscane, à la Lombardie, etc. Giovanni de Matteo Franchini, également appelé Taviani-Franchini, est originaire de Toscane et il fut législateur, conservateur de Rome et fournisseur du château de S. Angelo en 1582, année de sa citoyenneté, à titre de citoyen romain, en récompense de ses services. Jacopo ou Giacomo Franchini, né à Sienne en 1665 et décédé en 1741, était un architecte italien de renom et un sculpteur du baroque tardif qui a conçu l'église San Antonio de Padova à Sienne, en Toscane, en Italie. Pietro Franchini (Partigliano, 1768 - Lucques, 1837) était un mathématicien italien renommé, enseignant au séminaire Veroli. Vittorio Franchini, né à Bologne en 1884, était professeur à l’Université de Trieste de 1929 à 1935. Un autre Pietro Franchini, qui s’épanouit à la fin du XVIIe siècle, fut chancelier de la communauté de Montechiaro à Brescia, en Lombardie, en Italie et écrivit entre autres livres: "Istoria di Montechiaro". Gaetano Fraschini (Pavie, 16 février 1816 - Napoli, 23 mai 1887) était un ténor italien, connu principalement pour ses rôles dans les opéras de Giuseppe Verdi. Virgilio Franchini est l'un des principaux écrivains de Bologne. Il appartenait à l'Ordre des Ermites de San Agustín et était également professeur de théologie.

                                                                                               Securedownloadpatricien                       284px crown of italian nobile corona normale svg                       100px rangkronen fig 33 svg

                         Franchini de  VENETO et VERONE         titre =  NOBILI   -  Noble NOBILI  S.R.I  - CHEVALIER        famille avec une  souche  antique en  Toscane PISTOIA  avec une  branche à Miniato                                         

FRANCHINI:   Noble famille de Forlì-Cesena, originaire de Bertinoro, originaire de l'homonyme Véronèse, avec qui elle partage l'arme.        ancienne et très noble famille de Verone ,   Cette famille, parée du titre d'énorme et noble dans les actes publics, dans le déroulement des lustres, a toujours réussi à produire une série d'hommes qui ont fait sa renommée, dans l'emploi public, dans les professions libérales et ecclésiastiques et dans le service militaire.    Famille  à qui le conseil noble a été agrégé, claire et ancesstrales, s’est propagée au cours des siècles, dans  des régions différentes de l'Italie  et du monde. Selon le généalogiste Giovan Battista Crollalanza, dans les volumes de son « Dictionnaire des familles nobles et notables italiens  et florissants », publié à Pise en 1886 en trois des volumes, sur 1400 pages, il est dérivé d'ottavio de FRANCHINI , avec diplôme de 16 Septembre 1625 de l’empereur Ferdinand II, a été déclaré avec tous ses descendants des deux sexes nobles du SRI. Ses membres ont été confirmés normale résolution souveraine le 1er juillet 1819 comme nobles. Autre branche. Famille domiciliée à Vérone ici obtint la confirmation du patrimoine noble par résolution souveraine du 4 septembre 1818. Une autre famille. Famille noble Padoue, droit du distinguée dans l’exercice. Une autre famille Originaire de Bergame La famille Franchini de Bergame, cette lignée est passée aux diverses régions limitrophes de Bergame ils ont  résider à Ravenne   Franchini de  Ravenne  Noble famille de Forlì-Cesena, née par Bertinoro, issue du Véronèse du même nom, avec qui il partage les armes.où il a obtenu le titre de noble et éminent     toujours     D'après Gofredo di Crollalanza dans son "Dizionario stórico-blasónico delle famiglie nobili e notabili italiane estinte e fiorenti",      ce nom de famille est un dernier nom natif d'Italie et ils ont résidé concrètement dans Padova, Bologne, Bergame Cesena, Ravenne et Vérone. Le famillie Franchini de Bergame originaire d'une ancienne famille de Venise, ils'ont passé a diverses regions limitrophes de Bergame. Giovanni di Francesco Franchini c'était le premier dans appartenir au Conseil de Vieux hommes de la République d'Italie dans l'année 1477. Giulio Franchini était le capitaine de la garde du Pape Gregorio XIII dans les 1580. Les Franchini de Vérone ont été déclarés Nobles du S.R.I. avec tout leur descendant, par Ferdinando II en 1625. Ils ont étendu à: New York, Suisse, Brésil, Californie, France, Guatemala, le Honduras, l'Allemagne et l'Argentine. Franchini Franchino Gaffurio, était un musicologue italien, né le 14 janvier 1451 à (Lodi) et décédé dans 1522 (chiese San marcellino de Milan). Autres auteurs affirment qu'il s'agit d'une ancienne et très noble famille de Vérone ou ils appartenaient à son noble conseil, et s'est étendu à différentes régions d'Italie et du monde. Ils dit aussi qu'ils descend d'Ottavio de Franchini. Ses membres ont été confirmés comme tels par une résolution souveraine le 1 er juillet 1819. Une autre famille domiciliée à Vérone a obtenu la confirmation de la noblesse avec la résolution souveraine du 4 septembre 1818. Une autre noble famille de Padova fu aussi distinguée dans l'exercice du droit.   Franchini de Bergamo : Fanchini Cesare né vers 1480  à Scrinalta valle Brembana territoire de Bergame et décédé à Venise en 1580. Franchini cesare  né le 26/05/1706 à Bergame antiquaire et medecin dans Bergame. Renzo Franchini était professeur et détenteur d'œuvres d'art en 1890 à Bergame et était décrit comme "benemerito insegnante nelle nostre scuole et infaticabile direttore degli educatori cittadani", (professeur distingué dans notre école et directeur des éducateurs citoyens inlassable), pour "La rivista di Bergamo mensile illustrata  ,certains anciens membres de cette familles se sont installés  à Ravenne ou ils ont enregistré leurs armes    . Gioanni Franchini de Modène était un moine de l'ordre des franciscains qui écrivit entre autres "Bibliosofia e memorie letterarie di Scrittori Francescani Conventuali", en 1693. Gennaro Franchini, originaire de Naples, était lieutenant-colonel en Yougoslavie en 1943 à 1945 et il faisant partie de la célèbre "Ventimila caduti". Giovanni franchini, originaire de Sassari, lieutenant médical de la section de la santé de l'armée italienne en 1916. Le comte et chevalier Giusseppe Franchini, originaire de Vérone, était lieutenant-colonel de l'état-major de l'armée italienne en 1916. Enrico Franchini (Alessandria, 2 novembre 1823 - Alessandria, 25 août 1887) est une armée italienne, décorer avec la Médaille d'Or à la valeur militaire de vivre avec le Croce di Cavaliere d'Ordine militare di Savoia. Francesco Franchini, en latin Franciscus Franchinus (Scigliano, 14 avril 1500 - Rome, 1er novembre 1559), était un homme, un poète et un catholique italien, évêque. Francesco Franchini (Sienne, 1690 environ - Sienne, 1757) est un compositeur, organiste et prêtre italien. Vittorio Franchini était un lieutenant de l'armée italienne au sein du 53ème régiment d'infanterie de Pistoia en 1859. Giuseppe Franchini était un lieutenant de l'armée italienne au 90ème régiment d'infanterie de Brescia en 1859. Cessare Franchini était un notaire en Ligurie en 1879. Le Chevalier Edmondo Franchini était directeur de la "Questura de Verona" (quartier général de la police de Vérone) en 1877. Giuseppe Franchini était directeur de la clinique des maladies chroniques de l'Université de Modène en 1924. David Franchini, avocat et chevalier, était secrétaire de la municipalité de Piede en 1915, à Rome. Ettore Franchini était vice-président de la Fédération italienne des ateliers de lecture de la Section des compositeurs en 1915, à Rome. Giuseppe Franchini était professeur à l'Université royale en 1915, à Rome. Prospero Franchini était ingénieur à Côme en 1844. M. Pietro Franchini était un partenaire émérite et un professeur de mathématiques supérieur. Accademia Lucchese en l'an 1831.

ARMES:   De gueules, à croix d'argent et  partage les armes avec Verone arme  De bleu, avec un avant-bras posé sur une perche, vêtu d'or, sortant des flammes de rouge, le teint de la main, tenant une boule d'argent, le tout soutenu par une butte de trois pics de vert.

                1 A                           1 B                                2                           3       
     Franchini cosenza italia v Fr bbbRrrrr Franchini       

  Franchina/ Franchini   de 1A  Mendrisio Lugano Poschiavo , (1 B Lecco ,Bergamo Lombardie et   2 Ravenne   Bertinoro (Verone)  / et Bergame vers 1450 )  = 3 partagent les armes avec     Verone                        À la fin de 1600, des traces  du nom de famille Franchina  émergent   dans la région de Bergame,   ravenne := En 1335 sur décision de Malatesta  pour récompenser ses fidéles condottières pour  les croisades et  pour des actes militaire  et  plus tard Malatesta a demander au  Cardinal  Albernoz ( Espagnol né en 1310 + en  1367  Viterba italie ) pour recompenser ses fidèles serviteur de l'église 
en ,,?? ?  un  Malatesta   lui-même décrit comme « la maison et vicaire ecclesie propter iuramentum Investiturae Que iurararunt soi restiturum "Franchini"  Annallabilita, Cappelli pandolfo 448. Sur la question plus large de savoir si le vicariat était féodale, on peut noter que en 1463 le auditores Rota conclued, mais assez hesitanthy, qui est   doit être classé un fief:   FRANCHINI , "Annullabillita
"Annullabillitta"  : signification  =  une loi existe et prend effet jusqu'à ce qu'il soit demandé (et obtenu)  l' annulation .     Elle est très répandue dans les systèmes juridiques   découlant du  Latin 

  • Franchina o Franchini il cognome deriva da (Lan)franco ed è di origine germanica, da franka = libero e si ebbe un passaggio attraverso (La)franchini. 
    Sono oriundi di vari villaggi del Comasco così come, indipendentemente, sono patrizi di Gerra Verzasca e di Frasco, da dove ebbero a spostarsi, nel 1600, anche a Montagnola. Da queste famiglie nacquero varie importanti figure, tra cui Enrico Franchini, il primo svizzero italiano che divenne comandante di corpo d'armata dell'esercito svizzero.
    Si ha riscontro di Franchina emigrati in Francia, nelle regioni delle Bocche del Rodano e della Mosella, già a partire dalla fine del 1800
    I Franchina sono citati, nell'Archivio GbCR Italiano con Blasone a Cosenza.   

FRANCHINI.   Calabre ,lombardie? Suisse  « Les Franchini sont originaires de différents villages de la région de Côme originaire du ( Val d'intelvi)  ainsi que certains appartiennent à l’aristocratie de Gerra (Verzasca) et de Frasco d'où ils seraient venus s’établirent dans les années 1600 à Montagnola.Certains membres de cette famille ont été en 1880 vivre en Yougoslavie.Le nom vient de la langue ancienne germanique « franka » (lafranco) puis (la) franchini signifiant « libre ».De ces familles sont nées plusieurs personnalités importantes, dont Enrico Franchini, qui était un personnage important dans l’un des premiers corps de l’armée suisse italienne.Les Franconi de Brissago dans le Tessin ont la même origine. On cite : Luigi Franconi qui a publié en 1848 un ouvrage sur la cuisine tessinoise.Les Franchini de la région du Poschiavino venaient de l’Engadina (Grisons) ou de la Val Venosta (Province de Bolzano).  Ils sont allés ensuite vers les années 1600 le long de l’Adda par les cols des Alpes Orobian (Camonica, Imagna) où l’on trouve les Franchini et Lanfranchi à Bergame, Mantoue et Crémone. »Aussi, les Franchini suisses sont implantés particulièrement dans le canton du Tessin (Ticino) et le canton des Grisons (Grigioni) sur la commune de Poschiavo.Ils portent les armes des Franchini de Cosenza (Calabre) auraient très  certainement des liens de parentés avec d’anciennes familles de  la Vénétie (Venise) de la Lombardie (Cremone, Mantoue, Bergame), comme avec ceux du Lac Ideo (Val Camonica) et du Lac de Garde (Brescia, Vérone).  Dans le Tessin, on les compare à la famille noble des Oligiati qui étaient originaires de Milan et qui avaient étendu leur rayonnement dans le Piémont à Vercelli et en Ligurie jusqu’à Gênes.  

       
   Les Franchini (Franchina) de la région du Poschiavino venaient de l’Engadina (Grisons) ou de la Val Venosta (Province de Bolzano).  Ils sont allés ensuite vers les années 1600 le long de l’Adda par les cols des Alpes Orobian (Camonica, Imagna) où l’on trouve les Franchini et Lanfranchi à Bergame, Mantoue et Crémone. » 
   
                                                                                                                  

Hubert, dit « aux Blanches Mains », appelé aussi Humbert de Maurienne ou encore Humbert Ier de Savoie (en italien, Umberto I di Savoia dit Umberto Biancamano), né probablement entre 970 et 980 et mort un 1er juillet, entre 1042 ou selon la tradition 1048,Cte deSavoie , Cte de Nyon,Cte d'Aoste  est un comte à l'origine de la dynastie des Humbertiens, qui furent comtes en Maurienne, puis qui portèrent le titre de comte de Savoie, à partir du comte Amédée III, et ainsi considéré comme fondateur de la maison de Savoie. Les chartes et les annalistes contemporains ne le mentionnent que sous la forme de « comte Humbert ».
Les différentes chroniques de Savoie depuis le xve siècle, à la suite des origines avancées par Jehan d'Orieville (ou Orronville), dit Cabaret — reprise par le généalogiste Samuel Guichenon (1607-1664) ou encore l'érudit Xavier de Vignet (1780-1844) —, donne pour père au comte Humbert un certain Bérold (parfois Berthold). Ce personnage serait un proche parent de l'empereur Othon III — parfois présenté comme neveu — qui selon la Chronique de Savoye de Cabaret aurait fui le Saint-Empire pour se réfugier dans le royaume de Provence, après avoir découvert puis assassiné la femme de l’empereur et son amant. Il se mit au service du roi d'Arles jusqu'à devenir son capitaine général. Victorieux face aux Piémontais, il devient par la suite le régent à la mort du roi. L'Empereur lui pardonne et donne la Maurienne à son fils, Humbert. blason de gueule savoie a la croix croix d'argent      Avec l'unification de l'Italie (1861), Victor-Emmanuel II devient roi d'Italie et revient aux armes familiales d'origine.

Bergame   La première occupation est celle des Liguriens, plus précisément celle des Orobi , suivie de celle des Cénomani et de Senoni . En latin, il s'appelle Bergomum . La Gaule de Transpadana est ensuite annexée à la république romaine en expansion et à partir de 49 av. J.-C., Bergomum devient également une municipalité romaine. Les Romains reconstruisent le centre selon les axes cardo-decumanus. Après la chute de l'Empire, Bergomum fut renvoyé à plusieurs reprises jusqu'à l'arrivée des Lombards en 569 qui y installèrent un duché . Renversé par les Francs en 774, la ville fut gouvernée par une série de comptes épiscopaux . Durant cette période à Bergame, les puissantes familles lombardes suivantes s'épanouirent: Suardi , Colleoni, Crotti , Rivola, Mozzi, Martinengo. En 904, le roi Arnolfo donna à l'évêque Adalberto toute la juridiction politique et civile sur la ville et ce fut des années d'améliorations et de rénovations [14], mais en 1098, la juridiction épiscopale fut destituée après une lutte pour des investissements. À partir de 1098, Bergamo est une municipalité libre et, après quelques guerres contre Brescia, elle rejoint la Ligue lombarde contre l'empereur Frederick Barbarossa . À partir du 13ème siècle, dans le cadre des luttes entre Guelfes et Gibelins , Bergame tomba sous l'influence des Visconti de Milan , qui fortifièrent la citadelle. À partir de 1428, Bergame devint une partie des domaines de la République de Venise . Les Vénitiens reconstruisent la vieille ville en érigeant de puissants murs de défense. Le domaine vénitien a continué jusqu'à l'ère napoléonienne. Après la brève expérience de la République de Bergame , de la République Cisalpine et du Royaume d'Italie , la restauration de Bergame est tombée dans la sphère autrichienne du royaume Lombard-Vénétie . Les Autrichiens sont les partisans de la première industrialisation de la région de Bergame, avec l’usine de fabrication de textiles. Bergame participe au Risorgimento en fournissant une grande partie des Mille . Giuseppe Garibaldi lui-même entra dans la ville avec son Cacciatori delle Alpi le 8 juin 1859. À partir de 1860, Bergame faisait partie du royaume , puis de la République italienne

                  Mes  Origines  Etniques :     

                                                                     Gilles dna  

                                                                      Origine gilles franchini dna                                                                                                                                                                   

     Radici valligianeRadici valligiane (2.05 Mo)

     Cepino e mazzoleniCepino e mazzoleni (8.58 Mo

          http://www.ruralpini.it/Transumanza-i-bergamini-lombardi.html?fbclid=IwAR2zw5o5l95YX7haevAQ-lozK2RCo0j9qJsPOdUGeUK8h5P_Mn0OmQPwWC4

         https://www.facebook.com/notes/antonio-carminati/rinaturalizzazione-o-ripopolamento-della-montagna-pensieri-sciolti-alla-vigilia-/2553166374935403/?notif_id=1577211187131014&notif_t=close_friend_activity

 

   FRANCHETTI | FRANCHETTO | FRANCHI | FRANCHIN | FRANCHINA | FRANCHINI | FRANCHINO | FRANCO | FRANCUCCI | FRANCUCCIO
Franchetti a une lignée dans la région de Sondria, à Ponte in Valtellina, Berbenno di Valtellina et Castione Andevenno, une lignée dans la région de Vicenza à Chiampo, Crespadoro, Brendola et Montecchio Maggiore, et à Albignasego dans la région de Padoue, une lignée dans la région de Sienne, à Castiglione d'Orcia de Sienne et Montepulciano, un à Vejano dans la région de Viterbe et à Rome, Riano et Tivoli dans la région romaine, et un à Taurianova dans la région de Reggio, Franchetto a un stock vénitien, à Vedelago, Quinto di Treviso et Resana dans la région de Trévise, à Roncà et à Monteforte d 'Alpone dans la région de Vérone, un à Orgiano et Vicenza dans la région de Vicenza et à Trebaseleghe dans la région de Padoue, et un dans le Piémont à Ivrea dans la région de Turin, Franchi et Franchini sont répandus dans toute la région du centre-nord, qui a également des stocks à Naples et entre Bari et Tarentino, Franchin décidément vénitienne surtout de Padoue et deuxièmement de Venise et Trévise, Franchina semblerait avoir deux souches distinctes, une en Lombardie et une en Sicile, la lignée lombarde est principalement Bergame, diu Casnigo, Gandino et Parre, tandis que la souche sicilienne est de Messina, Galati Mamertino, San Salvatore di Fitalia, Messina, Tortorici, Capo d'Orlando, Castell'Umberto, Capri Leone, Naso, Sinagra, Sant'Agata di Militello et Torrenova, avec une souche secondaire également à Palerme, Franchino a un noyau piémontais et quelques souches entre Foggia, Basilicata et Cosentino, Franco est décidément pan-italien, Francucci semblerait spécifique à la bande centrale qui comprend Ancône et Macerata, Ombrie, L'Aquila et Lazio, Francuccio, pratiquement unique, semblerait piémontais , ont des origines différentes: ils peuvent dériver, directement ou par des formes hypochoristiques, du latin nomen Francus, du nom germanique Frank ou d'un surnom dérivé de l'identifiant ethnique franc (appartenant à la nation des Francs). Dans la région de Bergame, il y a des traces du nom de famille Franchina au moins de la fin des années 1600. Ajouts fournis par Leonardo Franchini le nom de famille Franchini apparaît dans les actes notariés à Avio (Trento) depuis 1565.

Les  Franchini  du nord de la Lombardie sont originaires de la Vénétie (Venise).

 famille Franchina eteinte a Poschiavo et calabre , =  Dans l’archives de la ville de Coire (Cuira, Chur, Coira) il y a toute une documentation datant d’avant 1798 sur les territoires limitrophes de la Suisse concernant : la Valteline (Valtelina), le val  Camonica et la valle Imagna avant le 1798.On découvre que le nom de famille Franchini est cité pour la première fois en 1512, qu’il vient d’une famille originaire de la  Vénétie. Il est dit ensuite qu’on le retrouve en Italie dans le Piémont et en Lombardie à Côme (Como), et en Suisse dans le Tessin sur la commune de Mendrisio.D'après les illustres historiens locaux, Aldo Bontagnoli (guide alpin et informaticien de  Massagno) et Ottavio LURATI (Professeur de la langue italienne à l’Université de Bâle, spécialiste des noms de famille du Tessin, voici un extrait de son livre "Perché ci chiamiano  cosi?"  concernant les Franchini.

« Les Franchini sont originaires de différents villages de la région de Côme ainsi que certains appartiennent à l’aristocratie de Gerra (Verzasca) et de Frasco d'où ils seraient venus s’établirent dans les années 1600 à Montagnola.Certains membres de cette famille ont été en 1880 vivre en Yougoslavie. Le nom vient de la langue ancienne germanique « franka » (lafranco) puis (la) franchini signifiant « libre ». De ces familles sont nées plusieurs personnalités importantes, dont Enrico Franchini, qui était un personnage important dans l’un des premiers corps de l’armée suisse italienne.  Les Franconi de Brissago dans le Tessin ont la même origine. On cite : Luigi Franconi qui a publié en 1848 un ouvrage sur la cuisine tessinoise.

 

histoire de Bergame       Antiquité et haut Moyen Âge

En 894 la cité est détruite par l’armée de l’empereur Arnulf, descendu en Italie sur invitation du pape Formose. Celui-ci était seulement de passage, en provenance de Vérone et en direction de Milan.

Les Bergamasques reconstruisirent “Bergomum” pratiquement seuls, sous la direction de l’Évêque, ce qui explique la multitude d’églises.

Commune Libre

En 1098, l’évêque Arnolfo, déjà excommunié par le Pape Grégoire VIII pour simonie, est déposé par le Concile de Milan et est même chassé de Bergame, qui se proclame Commune Libre.

En 1156 Frédéric Barberousse concède à la cité le droit de battre monnaie, mais le 11 mars de la même année éclate, pour question de prédominance de territoire, la première guerre contre la Commune Libre de Brescia. Pour Bergame la situation tourne rapidement au pire et c’est seulement après dix jours que la paix est signée, grâce à la médiation de l’Empereur, qui jouit à Bergame d’une grande popularité.

Lorsque cependant en 1162, l’Empereur détruit Milan, Bergame est parmi les communes qui, le 7 avril 1167, dans le monastère bénédictin de Pontida, fondèrent la Ligue Lombarde. Quand celle-ci, le 29 mai 1176, vainquit à Legnano l'armée impériale, les Bergamasques festoyèrent plusieurs jours.

Puis la vie de tous les jours reprend et alors il arriva qu’en 1184, le même Empereur entre dans la cité, salué, selon la chronique de l’époque, par une vraie manifestation d’enthousiasme.

Le 7 juillet 1191, les Brescians vainquirent les Bergamasques qui laissèrent sur le champ de bataille de Cividate, sur les rives du fleuve Oglio, plus de 3 000 cadavres.

En 1198, à Bergame, le Palais de la Région (Palazzo della Ragione) est achevé et la cité commence à s’étendre en dehors des murs, jetant les base de l’actuelle "cité basse".

En 1203, le conflit se fait très violent entre la commune et le pape Innocent III, qui s'opposait catégoriquement, au nom des "libertés ecclésiastiques", à la volonté des Bergamasques de faire contribuer les biens d'Eglise aux impôts : la ville est mise sous interdit ecclésiastique et ses dirigeants sont excommuniés. Six ans plus tard, cependant, Innocent III dut lever ces sanctions canoniques, car elles avaient eu pour seul effet d'habituer les habitants de la ville à l'absence du clergé catholique (qui était parti) et de favoriser le développement des hérésies1.

En 1206 éclate une vraie bataille entre les fractions bergamasques des Suardi (porte-drapeaux des nobles et gibelins) et des Rivola (porte-drapeaux de la faction populaire et guelfes).

La papauté continue à considérer Bergame comme une cité hérétique ; les inquisiteurs de la "dépravation hérétique", Lanfranco et Fontana, se distinguent par leur fanatisme et le nombre de leurs victimes.

Sur le front politique interne, les Suardi s’allient avec les Colleoni, et le 18 mai 1226 la bataille entre ces deux familles et la famille des Rivolta dura plus d’une journée.

Le 14 février 1230, les Bergamasques pourtant fatigués de tant de massacres, fêtèrent la naissance de la Società del Popolo (Société du peuple), créée avec un statut spécial et forte d’environ 200 fantassins, afin de pourvoir au bien de la cité sans heurt entre les citadins.

En novembre 1237, Bergame se range aux côtés des troupes impériales contre la Seconde Ligue Lombarde.

Dans la bataille de Cortenuova les pertes des ennemis de l’Empereur Federico II sont énormes et s’élèvent à environ 7 000 morts et 4 000 prisonniers.

Bergame, par peur de subir la vengeance des communes trahies, se fie à la protection des autres, initialement des Visconti protecteurs des gibelins. De nombreux guelfes passèrent en justice et les citadins bergamasques payèrent le coût de cette alliance en termes de nouvelles taxes.

En 1265 naît, sur initiative de l’évêque Pinamonte da Brembate, le Consortium de Miséricorde (Consorzio di Misericordia), grande organisation d’assistance encore opérationnelle aujourd’hui.

Le 10 mars 1296 éclate dans la cité une furieuse bataille entre le parti des Guelfes (porte-drapeaux des Colleoni, désormais ex-alliés des Suardi) et le parti des Gibelins, commandés justement par les Suardi.

C’est l'épilogue d’une sanglante guerre civile qui se conclut par la fuite des Suardi à Milan, où ils demanderont la protection des Visconti. Ceux-ci envoient un petit détachement sous les murs de Bergame et ce fut alors au tour des Colleoni de quitter le terrain. Les Suardi retournèrent dans la cité et l’armée des Visconti retourna à Milan.

Alors les alliés des Colleoni, les Rivola et les Bonghi, attaquèrent de nouveau les Suardi et ceux-ci, défaits, durent fuir une nouvelle fois. Les Colleoni retournèrent mais, incroyablement, s’allièrent avec les Suardi et les Rivola durent quitter Bergame.

Toutes ces luttes intestines affaiblirent l’institution communale et, en février 1331, les Bergamasques ouvrirent grandes les portes à Jean Ier conte du Luxembourg, Roi de Bohême et de Pologne, accueilli comme un libérateur.

L'illusion ne dura qu’un an parce que, en 1332, Mastino della Scala, Seigneur de Vérone, vainquit Giovanni I à Brescia puis à Bergame.

En 1337, comme ex-voto des Bergamasque à Marie pour les avoir sauvés de la peste, commencèrent les travaux de réfection et d’agrandissement d’une petite église du viiie siècle, Basilique Santa Maria Maggiore de Bergame.

Durant la domination des Visconti, la Citadelle fortifiée fut construite dans un but défensif, pendant qu’en 1335 fut complétée la fortification du château de San Vigilio (it).

Au xive siècle, Raimondo da Bergamo traduit en vulgaire bergamasque le Trésor de Brunetto Latini.

Seigneurie et République de Venise

En 1407, la cité est conquise par les Malatesta, contre qui, douze années éclate une révolte gibeline commandée par Philippe Marie Visconti.

En 1428, Bergame fait enfin partie de la Sérénissime république de Venise, qui fait compléter les fortifications de la ville basse par la construction de la Muraine, pour les bourgs qui s’étaient développés hors des murs médiévaux.

En 1437, après une attaque de Filippo Maria Visconti, la cité est rapidement remise à Venise par Bartolomeo Colleoni. Durant la domination vénitienne, la cité subit quelques modifications : le Palais communale est reconstruit, la place Mascheroni est réalisée pour accueillir le marché et la place Pontida est améliorée.

Au début du xvie siècle, la cité subit deux invasions françaises et sept espagnoles, alternées par la reconquête vénitienne. En 1561, Venise commence la construction des murs de la Citadelle.

Dans le domaine de l'histoire de l'art, ce lien avec Venise, facilita les échanges avec les peintres vénitiens. Mais le peintre Giovan Battista Moroni, grand portraitiste bergamasque, fonda le courant pictural de "la peinture de la réalité". Ses personnages étaient ancrés dans leurs occupations quotidiennes, contrairement à ceux du Titien qui arboraient les symboles de leur pouvoir. Ce style de peinture a marqué les arts plastiques de Bergame et de Brescia jusqu'au xviiie siècle2.

En 1630, la famine en premier et l’épidémie de peste ensuite (celle décrite par Alessandro Manzoni dans Les Fiancés) firent environ 10 000 victiems à Bergame.

De Napoléon à l'unité Italienne

À la fin du xviiie siècle, pose du Sentierone dans la basse cité et de la « fontaine du Contarini » sur la “Piazza Vecchia » de la cité haute.

En 1796, les troupes révolutionnaires françaises entrent dans la cité, mettant fin à la longue domination vénitienne et fondèrent la République bergamasque, dont la brève vie se conclut au traité de Campoformio et son intégration dans le règne d'Italie par Napoléon Bonaparte, en 1805.

Depuis le Congrès de Vienne (1815) jusqu'en 1859, la ville fait partie de la monarchie autrichienne (Royaume lombardo-vénitien), gouvernement de Lombardie, chef-lieu de la province de Bergame.

Timbre du Royaume lombardo-vénitien de 1854, 15 centesimi oblitéré à Bergame

En 1837, la “Porta Nuova” est ouverte et quelques années après la “via Ferdinandea”, aujourd’hui boulevard Victor-Emmanuel II de Savoie, principale voie de liaison entre les deux parties de la cité.

En 1848, Bergame demande aide à Milan, engagée dans ses cinq journées de révolte anti-autrichienne.

En 1857, le chemin de fer arrive à Bergame.

Le 8 juin 1859, Giuseppe Garibaldi fait son entrée dans la cité, mettant fin à la domination autrichienne. Porte San Lorenzo, fut rebaptisée « Porte Garibaldi ». L'année suivante 174 bergamasques partirent avec Garibaldi dans L’expédition des mille, en témoignage de leur dévouement, Garibaldi dans une lettre de Caprera du 10 février 1864, adressée au maire Camozzi - (...) à la première expédition de Sicile et Naples comptèrent en première ligne les prodigieux fils de Bergame (...) G. Garibaldi – (ex au Museo Storico di Bergamo). La chronique de l’époque raconte que les prêtres des vallées dissuadèrent nombre jeunes de partir avec les “chemises rouges” de Garibaldi.

En 1872, le siège de la commune est transféré dans le cité basse, devenue désormais un centre urbain.

En 1887, le service du funiculaire entre en fonction entre la haute et basse cité.

En 1901, les Muraine, qui faisaient office de douane quelques années avant, sont détruites pour faire place au boulevard périphérique.

xxe siècle

Dans les années de la Première Guerre mondiale beaucoup de bergamasques s’enrôlèrent dans les troupes alpines et combattirent au front.

La cité fut épargnée de la dévastation durant la Seconde Guerre mondiale et eut la chance de ne subir aucun bombardement.

En 1958, le cardinal Angelo Giuseppe Roncalli, né à “Sotto il Monte”, fut élu Pape sous le nom de Jean XXIII.

En 1972, mise en service de l’aéroport de Bergame-Orio al Serio. Et en 1985, la première transplantation d’organe à l’hôpital Riuniti.      

Pour VISITER les différentes  PAGES   CLIC  sur les liens  en bas de la page
 
 
historique de Virton := http://fr.wikipedia.org/wiki/Virton
 
 
 
 Franchini gilles : lieu de residence  BELGIQUE,
 
                      
Entre 1876 et 1976 près de 26 millions d’Italiens quittèrent leur terre natale pour émigrer dans le monde entier. Une grande partie émigra en France et  en Belgique .
                                                  
                                          Distances :     https://fr.wikipedia.org/wiki/Bergame#Bas-Bergame 
                                           
                                                   histoire de Bergame : http://www.bellitalie.org/bergame-histoire.php   
                                                    http://lombardia.indettaglio.it/ita/province/bg/la_provincia_di_bergamo.html
                                                    
                                                    la Lombardie : http://www.bellitalie.org/lombardie.html
 
                                                     http://www.italia.it/fr/decouvrez-litalie/lombardie/bergame.html
                                                     http://www.lepetitjournal.com/milan/communaute/166603-bergame-accueil-un-reseau-francais-en-lombardie
 
 Des la fin de 1919 la dégradation s' accélère  époque de misère en italie
 
 
 
                                                Bergamo citte des m
 
L'expédition des Mille (en italien Spedizione deiMille) est un épisode du Risorgimento italien survenu en 1860. Un corps de volontaires dirigé par Giuseppe Garibaldi débarque en Sicile afin de conquérir le Royaume des Deux-Siciles, gouverné par les Bourbons.
 
 

L’expédition des Mille (en italien Spedizione dei Mille) est un épisode du Risorgimento italien survenu en 1860. Un corps de volontaires dirigé par Giuseppe Garibaldi débarque en Sicile afin de conquérir le Royaume des Deux-Siciles, gouverné par les Bourbons.

Le projet est ambitieux et hasardeux puisqu’il s'agit de conquérir, avec un millier d’hommes, un royaume disposant d’une armée régulière et d'une marine puissante. L’expédition est un franc succès et se conclut par un plébiscite qui fait entrer Naples et la Sicile dans le royaume de Sardaigne, ultime conquête territoriale avant la création du Royaume d’Italie, le .

L’expédition est l'une des seules actions souhaitées conjointement par les « quatre pères de la nation » italienne : Giuseppe MazziniGiuseppe GaribaldiVictor-Emmanuel II et Camillo Cavour, qui poursuivent des objectifs divergents. Il est difficile d'en déterminer le véritable instigateur : Mazzini souhaite libérer le Mezzogiorno et Rome alors que Garibaldi souhaite conquérir, au nom de Victor-Emmanuel II, le royaume des Deux-Siciles et poursuivre vers Rome afin de terminer l’unité de l’Italie, ce que Cavour veut empêcher à tout prix afin d’éviter un conflit avec son allié français, Napoléon III, qui protège Rome.

L’expédition fait aussi naître une grosse équivoque et une incompréhension collective : pour les garibaldiens, il s’agit de réaliser l’Italie unifiée ; pour la bourgeoisie sicilienne, une Sicile autonome dans le cadre du royaume d’Italie ; et pour la masse des paysans, la fin de l’oppression et la distribution des terres.

 
L embarquement a quarto un quartier de genes
Un peu de géographie …….
Bergamo est situé dans la région montagneuse et ses grands lacs du Nord de l’Italie à une centaine de kilomètre de Milan  qui n’était pas à l’époque cette ville industrielle qu’elle est devenue aujourd’hui L’examen de la carte de la région permet de comprendre l’organisation sociale de la vie dans cette région montagneuse que l’on retrouve dans les Alpes Françaises, à savoir que les gens vivaient par vallée et communiquaient peu avec les vallées voisines car pour les rejoindre il fallait franchir la montagne. Il en résultait  de très nombreux mariages entre familles  des villages  de la vallée et l’on retrouve dans tous ces villages de nombreuses familles qui portent le même nom sans pour autant savoir précisément  quels sont les liens d’une famille à l’autre , ni à quel époque ces liens  remonteraient  . Les cimetières sont très instructifs de ce point de vue tant on y trouve des tombes portant les mêmes noms…........................ et souvent des  prénoms identiques …...................Difficile de s’y retrouver !!!,,
 
 
 L’immigrant et la mémoire de la frontière - 1er octobre 2010 - Philippe Hanus "Il n’est guère aisé de faire connaître et reconnaître comme bien commun l’« empreinte visible » de celles et ceux qui, originaires du proche ou du lointain ailleurs, se sont fondus dans le « creuset français ». Pourtant ce patrimoine de l’immigration, ou plutôt les migrations , concerne non seulement les différentes populations immigrées et leurs descendants, mais également l’ensemble de la société française. Cet article est paru initialement dans Ecarts d’Identité, n°114, juin 2009. Nous proposons donc ici une découverte de quelques objets patrimoniaux renvoyant, mais ce de manière non exclusive, au parcours migratoire des Transalpins et tout particulièrement à celui des ouvriers forestiers de Lombardie et du Veneto qui rejoignaient aux beaux jours les massifs montagneux français dans les premières décennies du XXe siècle. Ce faisant nous aborderons sommairement les conditions du départ, le franchissement de la frontière, ainsi que les modalités d’inscription dans la région d’adoption. Notons enfin que ce patrimoine nous renseigne sur les dispositifs institutionnels d’encadrement des migrations internationales qui se concrétisent dans la diversité des lieux de passage, d’accueil, de contrôle, sans oublier les lieux de rassemblement, voire d’enfermement qui, la plupart du temps, sont devenus autant de « non lieux de mémoire » . En partance pour la Franceu moment du départ, le bûcheron bergamasque se fait bénir au sanctuaire de Cornabusa dominant la vallée Imagna. Il remplit alors sa poche d’un peu de terre prélevée sur place afin qu’elle le protège durant son périple. Le porche de cette grotte sainte est recouvert d’ex-voto parmi lesquels figurent des témoignages de reconnaissance à la Madone provenant d’immigrés miraculeusement guéris d’un accident à l’étranger. Ceci pourrait donc signifier que, même à distance, l’attachement symbolique à ce haut lieu de l’émigration perdure . Durant le voyage les migrants sont encadrés moralement par différentes institutions et œuvres de bienfaisance italiennes. Parmi celles-ci figure la Société Dante Alighieri qui joue un rôle essentiel pour maintenir vivaces les liens entre la mère-patrie et les noyaux de population disséminés à travers le monde. Répondant à cette mission, la section de San Pellegrino (val Brembana) édite ainsi en 1911 un Vademecum dell’Emigrante, comprenant divers conseils pratiques pour bien vivre son séjour à l’étranger.Patrimoine des migrations en pays frontalierA l’aube du XXe siècle, les voyageurs se déplacent dans un monde découpé en territoires strictement délimités par des frontières et soumis aux lois d’un Etat national souverain. Le sommet du Chaberton dominant le Montgenèvre -arasé par les Italiens entre 1900 et 1914 afin d’y installer des fortifications- est emblématique de cette frontière entre états-nations, matérialisée par des bornes, barbelés et autres guérites. Celle-ci témoigne bel et bien du gel politique d’espaces parcourus de longue date par les populations riveraines du Piémont, du Briançonnais et de la Maurienne. Le fonctionnement concret des postes frontières du Mont Cenis et du petit Saint Bernard est ainsi décrit en juin 1932 par un officier de gendarmerie : « deux casernements ont été spécialement construits pour loger trois militaires… le contrôle au point de passage des routes nationales n° 90 et n°6, aux cols du petit Saint Bernard et du Mont Cenis est effectué en permanence de jour par un planton ; par intermittence de nuit par des patrouilles circulant en tout temps dans la zone qui est attribuée à chaque poste. Pendant la nuit il passerait très peu de voyageurs étrangers aux cols frontières qui sont d’ailleurs fermés du côté italien et par une chaîne au Mont Cenis côté français » . Depuis la mise en place de l’espace Schengen, on peut apercevoir ces édifices abandonnés . « Modane, stazione di Modane ! »Le percement du tunnel ferroviaire du Fréjus, inauguré en 1871, sonne le glas de la prééminence de la route du Mont Cenis, pour le trafic régulier. Le chemin de fer transporte dorénavant la majorité des migrants italiens en partance pour les chantiers agricoles et forestiers ou les bassins industriels français, mais aussi pour l’Amérique, via les ports de Bordeaux et du Havre . La gare internationale de Modane héberge d’un côté les bureaux français du PLM et de l’autre ceux des chemins de fer et des administrations italiennes : douanes, postes, police, vétérinaire. Alentour est aménagé un quartier d’affaires dans lequel fleurissent des commerces franco-italiens, des banques et des hôtels. La ville connaîtra pendant de longues décennies une incessante circulation de marchandises organisée par les transitaires en douane français ou italiens : riz, tissus, fromages, dentelles, volailles venant d’Italie et ferrailles, sable, ciment issus du territoire français. Les centres de recrutement de l’Office National d’ImmigrationAu lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les autorités françaises ont recours à une immigration massive pour les nécessités de la reconstruction. L’Office National d’Immigration, créé en novembre 1945, encadre désormais minutieusement l’arrivée en France des travailleurs sélectionnés. Le demandeur d’emploi se rend préalablement au bureau de la main d’oeuvre de sa ville. Il est ensuite convoqué au centre de l’ONI de Turin ou de Milan, pour y subir un contrôle d’identité et une visite médicale . A l’issu de ces formalités, on lui remet un billet de train à destination de Modane. A proximité de la gare on aperçoit un vaste bâtiment, aujourd’hui abandonné : les bureaux de l’ONI, composés notamment d’un cabinet médical, d’un service d’intendance et d’un petit réfectoire. A. D., étudiant modanais, y a travaillé, entre 1960 et 1962, à la fin de l’été : « des convois de 400 à 500 personnes en partance pour les champs de betteraves du Nord ou pour les vendanges dans le midi arrivaient plusieurs fois par jour. La plupart étaient des Calabrais et Siciliens, originaires des mêmes villages, rassemblés sous la responsabilité d’un convoyeur de la même région. Ils avaient chacun une carte de travail que l’on complétait en leur donnant l’adresse de leur lieu d’affectation. on travaillait en équipe avec la SNCF qui délivrait les titres de transport, la douane et la police qui vérifiaient les identités. on leur fournissait également le repas. Lorsqu’ils arrivaient on entendait toutes sortes de sonorités et de dialectes. Ce n’était pas notre italien scolaire qui pouvait nous dépanner. » Les migrants sans contrat de travail sont transférés au centre de placement de Montmélian où ils peuvent répondre aux sollicitations des entreprises françaises. D’aucuns se souviennent d’un accueil plutôt spartiate : « nous sommes parqués entre hommes dans une caserne désaffectée. on est une soixantaine, originaires de toute l’Italie. on subit une visite médicale sévère et nos affaires sont désinfectées. Seule consigne : il faut attendre ici que les patrons viennent vous chercher. on n’a aucune info sur le métier qu’on va exercer. on attend trois ou quatre jours avant qu’un employeur se manifeste. » (A. B. ouvrier, Pont-en-Royans) Ce passage obligé par les centres de recrutement est vécu par les personnes en migration comme une épreuve humiliante, offrant un curieux contraste avec la propagande des Actualités françaises du 5 décembre 1946 : « Par les sentiers de la montagne enneigée, ils étaient nombreux les Italiens qui abandonnaient leur pays pour aller chercher en France à la fois du travail et leur pain de chaque jour. Parallèlement à l’immigration organisée les clandestins se présentaient à la frontière en si grand nombre qu’un centre d’accueil avait du être créé à Montmélian. Là l’immigrant trouvait, pour le préserver des louches combinaisons d’embauche, un office qui se chargeait de répartir les travailleurs. Heureuse initiative qui assurait à l’immigrant, comme à son employeur, une plus exacte sécurité. Le centre de Montmélian a maintenant vécu. Un nouveau projet d’accord est intervenu, entre les gouvernements italiens et français, qui permettra à 200 000 travailleurs italiens de se rendre en France. Mais Montmélian aura été, dans une période brumeuse, le geste fraternel d’un grand pays à l’égard de ceux que la misère des temps condamne à chercher leur pain dans l’exil » . Concernant le fonctionnement de cet établissement l’information à notre disposition est plutôt maigre. Ceci nous rappelle que les systèmes de gestion des populations migrantes n’ont la plupart du temps laissé aucune trace morphologique dans l’espace... et guère plus dans la mémoire collective . Des migrants clandestins à travers la montagne Les conditions du déplacement varient énormément selon le statut du migrant. Ceux qui ont un contrat de travail voyagent avec une relative sécurité par la voie ferroviaire. En revanche, nombre de saisonniers, que désespère la lenteur des formalités administratives, quittent les convois de train à Suza ou Bardonecchia pour franchir clandestinement la frontière. Pour parvenir à leurs fins tous les moyens sont bons : grimper à la sauvette sur un train de marchandise, ou traverser le tunnel du Fréjus à pied en suivant la voix ferrée sur une distance d’environ 12 km. Ceux qui franchissent les cols alpins se fient à leur instinct, mettent à profit les conseils de leurs prédécesseurs ou encore confient leur sort à des passeurs peu scrupuleux . Sur ce chemin semé d’embûches il n’est pas rare de croiser des patrouilles de gardes-frontières : « -Halte ! Où allez vous ?- on se promène en montagne… -Par ce temps et avec ces chaussures ? Ne racontez pas d’histoires, vous passez en France ! –Oui, pour travailler et nourrir la famille. -On vous a compris, bon passez, il faudra aller à Modane faire le visa de passage et après à Montmélian pour la visite médicale ». Ils promettent, les gendarmes les mettent sur le bon chemin . Le sauf conduit obtenu, ils prennent le train jusqu’à la gare de Rive : « on n’est pas allé à Montmélian, car il aurait fallu produire un contrat d’embauche. Ce sera pour plus tard » . Le bûcheron italien et la diffusion d’un patrimoine techniqueLes travailleurs transalpins sont spécialisés de longue date dans l’exploitation des forêts de montagne. Ces « hommes du bois » ont en effet beaucoup appris aux gens du pays dans l’art de l’abattage et surtout de l’extraction des arbres dans les fortes pentes. on leur attribue notamment l’introduction de la rise, sorte de toboggan fait de grumes destiné à faciliter le glissage des fûts d’épicéas, le câble quatre fils mû par la pesanteur ainsi que le sapi, un levier qui facilite la manutention des billes de bois . Les équipes de bûcherons exportent divers autres outils fabriqués dans les nombreuses taillanderies de la province de Bergame. Ces petites entreprises familiales, spécialisées dans la fabrication de haches et autres serpes de qualité, ont acquis depuis une solide réputation internationale, puisqu’elles exportent encore de nos jours à Lucerne (Suisse) et Pontarlier (Doubs). Le bon bûcheron est un ouvrier complet capable d’abattre les arbres marqués, de les écorcer, d’orienter la vidange, et d’amener les pièces de bois « à port de câble ». Dresser et cuire une meule de charbon de bois nécessite également un solide bagage technique. Son architecture varie suivant les contraintes du milieu et la qualité des produits que l’on veut obtenir. Elle s’inspire néanmoins d’un principe commun qui consiste à isoler le bois de l’air atmosphérique par un revêtement étanche, à l’intérieur duquel on favorise le tirage, par un jeu d’évents ouverts dans la paroi. Les gaz chauds dégagés circulent dans les interstices entre les bois empilés et portent ceux-ci à une température suffisamment élevée pour provoquer la carbonisation. Le charbonnier sait lire la fumée et possède la maîtrise de ce foyer. Ces exemples montrent que la prise en considération de l’intelligence technique des ouvriers forestiers italiens permet de tordre le cou à certains topoï dépréciatifs qui présentent habituellement le migrant comme un misérable, disposant de sa seule « force de travail ». Patrimoine culturel et spirituel des Italiens de France Concernant la diffusion par les migrants de certains traits de la culture et des pratiques religieuses italiennes, on pourrait d’abord évoquer les fêtes votives ou patronales comme celle de la Saint-Antoine de Padoue, extrêmement importante pour les habitants du haut Veneto, qui se trouve transposée et réinterprétée en Dauphiné du fait de la situation d’expatriation vécue par la population native de Solagna installée en Vercors . Pour ce qui est de l’alimentation, il semble bien que ce soit les bûcherons qui ont transmis certaines pratiques de cueillette -notamment les asperges sauvages - et popularisé la polenta dans toutes les Alpes françaises . Ce serait également le cas des ravioles, si l’on en croit certains fabricants : « des bûcherons Piémontais (sic) venus chercher du travail comme charbonniers, en Royans au pied du Vercors, qui, privés de leur nourriture habituelle, les raviolis, auraient remplacé une farce à base de viande par une farce à base de fromage, de persil et de feuille de raves ». Notons toutefois que l’origine italienne de la raviole n’a pas été démontrée . Plus sûrement, certains autres traits de la culture italienne, notamment la pratique du chant polyphonique, de la mandoline et surtout de l’accordéon -devenu l’instrument emblématique des musiques populaires françaises – ont donné lieu a des formes de rencontres entre immigrés et autochtones. Les habitants des Coulmes dans le Vercors se souviennent avec émotion des repas de fête animés à l’accordéon par un charbonnier du Veneto, M. Benacchio, dans les années 1950. Le café : lieu de rencontre des immigrés Le café, avec ses murs couverts de gravures des Dolomites, d’images dédicacées des footballeurs du Calcio ou de l’équipe « nationale-locale », est en quelque sorte un lieu suspendu entre l’Italie et la France : les immigrés s’y rassemblent, spontanément ou dans le cadre associatif, pour parler, en italien, du pays, des parents ou amis qu’ils y ont laissés, de leur travail ou de politique. C’est aussi le lieu où ils peuvent trouver des offres d’embauche. Vers 1950, à Saint Marcellin, les entrepreneurs forestiers recrutent au printemps dans les bistrots leurs équipes de bûcherons : « Si tu viens travailler chez moi je vais te donner une bonne coupe avec un prix meilleur, pas trop de pente et de l’eau pas loin... » (S. M. exploitant forestier) Dans ces bars on jouait fréquemment à la morra, un jeu spectaculaire, dans lequel deux joueurs se montrent simultanément un certain nombre de doigts, tout en annonçant la somme présumée de doigts levés. Le gagnant est celui qui a deviné ce nombre. Le café est certes un lieu de retrouvailles entre natifs des mêmes petites patries italiennes -la chaîne migratoire conduit des familles d’une même zone géographique à s’installer dans un même lieu en France- mais c’est aussi un lieu d’échange, où ceux-ci côtoient des Français issus des mêmes classes sociales. Le bar a donc son importance dans le maintien de certaines traditions ainsi que dans la découverte de la culture de l’autre. De cet échange peuvent naître de nouvelles solidarités sur le plan politique ou syndical . Vers une reconnaissance publique des patrimoines de l’immigration ? La reconnaissance publique des patrimoines de l’immigration s’opère dans les expositions des musées de pays consacrées désormais aux « citoyens venus d’ailleurs ». Elle se produit dans un registre très différent, lors de soirées festives « à l’italienne », lesquelles ne sont pas toujours exemptes d’ambiguïté dans la mise en scène stéréotypée du Transalpin en chanteur de charme ; l’exotisme étant une des figures les plus fortes de cet imaginaire de l’altérité que suscite l’immigration . Il convient également de souligner le rôle non négligeable de la création cinématographique, radiophonique ou théâtrale dans cette prise en considération de la présence des immigrés dans la société . Un parcours sur les traces de l’immigration italienne a même été réalisé à l’occasion des Journées du patrimoine dans le cœur de Modane en septembre 2009. Au cours de cette déambulation, la parole a circulé spontanément entre les animateurs et le public venu de toute la Maurienne, parmi lequel se trouvaient des ouvriers immigrés, des cheminots et des douaniers à la retraite. L’exposé didactique d’un historien devant le bâtiment même de l’ONI, a notamment pu être complété par le témoignage des anciens salariés du centre, évoquant avec force détail l’accueil des italiens entre 1947 et 1969. Enfin, des réalisations collectives, comme l’édification dans le Vercors d’une charbonnière « à la bergamasque » (ce qui ne va pas sans susciter du débat avec les Vénètes et Frioulans , à propos de la meilleure technique de carbonisation) favorisent cette patrimonialisation à visage humain. Cette fête de la charbonnière, au cours de laquelle les anciens professionnels transmettent les secrets du métier aux plus jeunes, se situe à mi-chemin entre tradition et invention. Mener à son terme une telle expérience implique d’accepter de se rencontrer, puis de collaborer entre anciennement installés et nouveaux venus. Tout se passe comme si la charbonnière devenait, pour quelque temps, la place du village en pleine nature. C’est donc bien de « vivre ensemble » qu’il est ici question, puisque l’on y entend la voix discrète des représentants de populations immigrées généralement silencieuses". Hauser .C. la population italienne dans les vallées intra-alpines de savoie 1860-1939 these paris 1978 , archives departemantales Savoie Palluel-guillard , Les italiens dans le département de la Savoie , actes XXX congrés societes savantes , 1985 , Savoie identité influences , bourget du lac ADS       
   
         8467884736 e74b3eac1d zemigrante de valsecca et sant omobono bg a longwy en 1929     8466800927 f195a5728a zemigrant de la valle imagna a belfort en 1930                    
 
                      Emigrants de Valsecca et sant'Omobono valle imagna à Longwy  France en 1929             -                       Emigrants  de la Valle Imagna à Belfort  France  1930    -    
 
 
         
             8466800799 60f6f8d13a zemigrant a la cantine a besancon en 1922 1     8466800861 e4e9d4ae72 zemigrant valle imagna en val d isere 1928 
                                    émigrants Italien à la cantine à Besançon en 1922                                      Emigrants de la valle imagna en Isère  France  en 1928

        moins industrialisée que les provinces de Côme ou de Varèse la province de Bergame est plus qu'elles riche d'hommes; richesse qui lui impose et que favorise l'émigration .Dès la renaissance les Bergamasques monopolisent les durs travaux des ports de Gênes et de Livourne ,l'émigration saisonière se dirige traditionnellement vers la Suisse et la France qui relayèrent en partie l'Autriche -Hongrie. Elle comprend outre des bûcherons une main d'oeuvre générique  utilisée surtout dans le bâtimentb et les travaux publics.  Le bucheron Bergamasque  est une figure classique des montagnes Françaises ou Piemontaises.
 
 
                                                                                                
 
 
 
   
 
                                                                                                           Mine de Musson    Belgique
 
                           Lochalanzymusson3    Minemusson
 1851 Mise en exploitation de la Mine de Musson
1881  Mise en exploitation de la Mine de Halanzy
   
1870 Concession minière à Musson appartenant aux  Forges d'Acoz
   
27.1.1881 Fondation de l'usine / Gründung des Werkes Halanzy
18.2.1885 Fondation de l'usine / Gründung des Werkes Musson
  Exploitation de la Minière du Bois-Haut 
   
1939 Achat et fermeture de l'usine Halanzy par l'Usine de Musson / Schließung des Werkes Halanzy
1963 Fermeture de la mine / Schließung der Eisengrube Musson
31.3.1967 Fermeture de l'usine / Schließung des Werkes Musson
27.10.1978 Fermeture de la mine / Schließung der Eisengrube Halanzy
 
 
 
                                              Snip 20180501193117
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                                                                                       Tnchenois les ateliers du chemin de fer
 
                                                 Les Ateliers du chemin de fer de Chenois Latour  (Virton) Belgique
 
 Au début des années 1900 et  même avant les premières   familles italiennes sont arrivées de façon significative a la recherche de travail   en   Belgique Région wallonne   , province du luxembourg dans  la region de Virton  chenois Latour pour la construction  en 1924 des ateliers du chemin de fer,Halanzy pour travailler dans la mine ,  comme macon , cheminot ,     region de Liege  deja la  siderurgie vers 1850, le complexe sidérurgique et de construction métallique de Cockerill à Seraing est le plus grand du monde Ougrée-Marihaye était, à la veille de la première guerre mondiale, la principale entreprise métallurgique belge. Installée principalement sur le territoire de la commune d'Ougrée près de Liège, elle présentait un ensemble complet d'installations comprenant huit hauts-fourneaux, une aciérie d'une capacité de 500.000 t. et un ensemble de laminoirs transformant la production principalement en rails, poutrelles, barres, tôles, fil. La Société disposait en grande partie  de ses propres sources d'approvisionnement; les charbonnages de Marihaye, d'Ougrée, la participation dans celui des Six Bonniers assurant une production de 700.000 t. de charbon et 270.000 t. decoke; ce domaine minier avait été agrandi en 1910 par la constitution de la S.A. du  Charbonnage de Bray dans le Hainaut : les approvisionnementsen minerai de fer étaient également assurés par un ensemble de participations minières de 2800 ha, situées au Luxembourg   et en France  en lorraine dans la  siderurgie Longwy, le bassin de Longwy-Villerupt a connu la plus forte concentration de hauts fourneaux au monde, Le 3 janvier 1881 les Aciéries de Longwy achète  11  ha  31 à  47 ca,  du banquier Emile Thomas, pour la somme de 150 000 francs soit 1,3 f/m2 . C'est un prix très bas, si on considère que cette surface était d'un seul tenant. C'est sur ce terrain que la cité ouvrière de Gouraincourt sera construite par phases successives durant 50 ans. La situation face aux usines des Aciéries de Longwy et la topographie du terrain vont permettre la réalisation d'une cité ouvrière qui marquera dans la région    plusieurs Hauts fourneaux  Rombas,Hagondonge,Homecourt,Hayange,Moyeuvre, Villerupt qui   en 1930 compte 6 Hauts Fourneaux  , Saulnes,Rehon, longwy usine de Senelle et usine de Saintignon ,Gorcy, les Forges d'herserange , Haut fourneau et Fonderie de Pont -à -Mousson, également  dans les carrières de pierre ,,,,  dans les vosges , dans les Ardennes a Apremont sur Aire ou  le Doubs ,  L’impact de la Grande Guerre Les hommes étant partis au front, le pays connaît une grave pénurie de main-d’œuvre. Aussi l’État organise-t-il dès 1916 le recrutement collectif de  travailleurs étrangers. Des bureaux d’immigration sont ouverts aux frontières pour l’établissement des cartes d’identité ainsi que pour le contrôle sanitaire  et la vaccination des immigrants. La Franche-Comté  est dotée d’un bureau à Saint-Claude ; des commissaires spéciaux sont installés à Bellegarde, Frasne, Les Rousses, Pontarlier, Morteau, Montbéliard et Delle. En France, plus de 100 000 travailleurs étrangers seront embauchés de 1916 à 1918, auxquels s’ajouteront 210 000 « coloniaux », sans compter les 608 000 « indigènes » recrutés comme soldats. Le département du Doubs n’échappe pas au manque de main-d’œuvre. Dans les campagnes, les maires de nombreuses communes interviennent auprès du préfet pour obtenir l’autorisation d’embaucher des travailleurs étrangers. La pénurie se fait sentir aussi dans l’industrie. Comme partout en France, les usines du Doubs doivent participer à l’effort de guerre et n’ont d’autre choix que de faire appel à des immigrants. En juin 1917, les dix usines les plus importantes du Pays de Montbéliard comptent 6,8 % d’étrangers, contre 3,5 % en novembre 1915. La Grande guerre a été un carnage : 10 % de la population active française a disparu. Par conséquent, la main-d’œuvre étrangère est devenue vitale. Ainsi, l’État français passe des accords avec la Pologne et l’Italie en 1919, avec la  a Tchécoslovaquie en 1920. L’aventure industrielle de Peugeot naît d’une fonderie d’acier installée dans un moulin à grains reconverti. Elle sera rapidement abandonnée pour une activité plus rentable, le laminage à froid, dont un brevet est déposé en 1818. Cette dernière débouche sur la fabrication d’objets manufacturés, des scies et des mécanismes d’horlogerie. Succès et prospérité sont au rendez-vous grâce à la qualité des produits, qui sont déjà exportés. Cette dernière sera symbolisée par l’emblème du lion. Peugeot se lance dans une diversification tous azimuts. La production embrasse  une multitude d’outillages et de produits, qui représentent tous les métiers manuels du siècle. En 1840, la firme passe de l’atelier à la cuisine avec le premier moulin à café. Il sera fabriqué jusqu’en1975 après être devenu électrique dès le début des années trente. Le célèbre moulin entre également chez les professionnels, dans les épiceries et les cafés. Dans son sillage, suivra le moulin à poivre. Pratiquement  inusable grâce à un système de taillage breveté, il est encore produit aujourd’hui après avoir été diffusé dans le monde entier à des millions d’exemplaires.Le monde féminin est tout aussi concerné par l’appétit du lion avec les crinolines et les baleines de corset, et, en 1867, les machines à coudre — elles seront construites jusqu’en 1936. Le pays de Montbéliard ayant échappé aux armées prussiennes, la prospérité se poursuit. Le grand bi, les tricycles et bicyclettes y concourent. Tout comme ultérieurement les fers à repasser, les machines à laver le linge dès 1920, les postes de radio avec l’invention de la TSF et les  appareils électroménagers dans les années soixante, dont le premier robot ménager, le Peugimix, et bien d’autres produits. Au milieu du XIXe siècle, de nouvelles usines sont sorties de terre à Valentigney et Beaulieu qui accueilleront plus tard les voitures. Pionnier de  l’automobile, Armand Peugeot sait que l’avenir de l’automobile passe par le moteur à pétrole. Après le court intermède du tricycle à vapeur construit avec Serpollet, pour bénéficier de cette mécanique il passe un accord avec Gottlieb Daimler et la Sté Panhard et Levassor   (détentrice de sa licence pour la France). Dès 1891 est lancée le Type 3 premier quadricycle Peugeot à pétrole fabriqué en série.     dans  la nouvelle usine d'automobile  Peugeot construit en 1920 ce n’est qu’en 1921 que commence la construction de véhicules de tourisme, avant cette date et pendant la Grande guerre de 1914/1918 l’usine sera utilisée pour construire, obus, chars et moteurs d’avions. En une quinzaine d’années l’usine s’agrandit pour occuper vers 1930 plus de 200000 m² de terrain. Avant la Deuxième Guerre mondiale plus de 14 000 ouvriers travaillent dans les usines de Sochaux  dans le Doubs également comme  maçon  ,    bucheron  dans Les Alpes bergamasques, au nord de la Lombardie, sont entaillées de nombreuses vallées orientées nord-sud, alimentées par de puissants cours d’eau comme le Brembo. Elles abritent dès le XIIIe siècle des industries du fer utilisant la force hydraulique et mobilisant des quantités importantes de charbon de bois cuit dans les forêts riveraines. Ce type d’activité a occupé pendant des siècles une population importante d’ouvriers du fer, bûcherons et charbonniers, se transmettant le métier de père en fils, et qui ont progressivement acquis une habileté célèbre au-delà même des frontières de la Lombardie. Aussi est-ce conformément à cette habitude de la mobilité que des spécialistes du fer et de la forêt quittent le pays pour aller travailler en Suisse et en France dès l’époque Moderne, comme ces maîtres ferriers et charbonniers, originaires du haut val Brembana (Isola di Fondra), qui s’installent dans le pays d’Allevard au pied du massif de Belledonne  située dans le département de l'Isère et la région Rhône-Alpes.  , entre 1598 et 1650. C’est à partir de 1860, que le grand mouvement d’émigration des Italiens se déploie en absorbant les migrations traditionnelles induites par la continuité géographique à travers l’arc alpin. La grande crise économique européenne des années 1875-90 accentue les mouvements de population amplifiés par la deuxième révolution industrielle ; la chute des prix du bois provoque une crise des vocations parmi les ouvriers forestiers français.  Dans ce contexte plusieurs milliers de bûcherons et charbonniers bergamasques vont être sollicités pour faire la saison en France, du Haut Doubs au Gard.,     .   Tous ses Italiens  vivent dans des baraquements en bois qu'ils construisent bien souvent eux-mêmes ,     Paris et sa banlieue représentaient      pour beaucoup    d’italiens     l’Eldorado :  travail et vie plus facile...     -   A   Paris c’était les années folles, la belle époque…. Souvent issus de familles nombreuses et vivant dans des conditions difficiles    compte tenu de la misère qui régnait en Italie  les premiers travailleurs immigrés s’empressaient de faire savoir  à la famille et aux amis restés   au pays que la vie était meilleure en France,en belgique ,,, et qu’il y avait surtout du travail , donc une source de revenus. Tous ceux qui  qui n’avaient pu   acquérir   la nationalité française (autrement dit la majorité d’entre eux ) furent « invités » par la France, compte tenu de la déclaration de guerre, a rejoindre l’Italie de gré   ou…. de force.  Pour certains ils s’agissait d’aller faire leur service militaire en Italie avant d’être enrôlés d’office dans l’armée française (réquisitionnés?) Pour d’autres c’était le retour au pays pour remplacer ceux qui étaient partis au front et qui ne tenaient plus leur place dans les fermes , les exploitations forestières ou  les carrières (marbre) de la région.  Pendant la guerre de 14/18 les troupes italiennes combattirent contre l’Allemagne aux cotés des troupes françaises et alliées et notamment à Verdun. Dès la fin de la guerre de 14/18 ceux qui avaient survécus revirent en France très rapidement car ils y avaient laissé un travail qu’ils espéraient reprendre , parfois une famille qu’il leur fallait rejoindre ou enfin parce qu’ils fuyaient le régime fasciste de Mussolini qui prenait de l’ampleur ( la dictature Mussolinienne)des 1920 Le parti national fasciste est le seul parti autorisé, alors que les opposants sont pourchassés, emprisonnés, déportés ou exécutés dans des villes du Sud du pays ou sur des îles de méditerranée. "les fascistes passent dans les maisons pour s'accaparer les alliances en or et autres bijoux  et objets de valeur des familles . Mussolini utilise tous les moyens qui sont mis à sa disposition, radio, presse ou cinéma pour sa propagande, de grands rassemblements sont organisés pour maintenir intacte la ferveur populaire.Les jeunes italiens reçoivent le message de Mussolini dès l'école maternelle où l'éducation doit contribuer à développer la force physique et le civisme dans des organisations para-militaires.En 1946 Un référendum populaire décide la fin de la Monarchie et l'adoption d'un régime républicain. 
 
                           
 
                 la   LOMBARDIE : =    http://malnisio.over-blog.com/article-58715629.html                                     
 
   -  La Province de Crémone fait confins au nord avec la Province de Bergame et la Province de Brescia, à l’est avec la Province de Mantoue, au sud avec la région Émilie-Romagne   capital  =  Bologne ,  Ravenne    Cesena , (la republique se San Marino  ) Rimini  les Marches ,   (Province de Parme   Bardi Emilia romagna  , Province de Plaisance)   , à l’ouest avec la Province de Lodi et la Province de Milan.    
 
                                                                                   http://fr.wikipedia.org/wiki/Antonio_Stradivari     
 

   Andreo Amati né en 1511 à cremone  etait un des meilleurs luthier pour la fabrication du violon  il etait nommé Gasparo da Salo de Brescia   Il avait au moins cinq apprentis: son fils Francesco, une aide nommée Battista, Alexandre de Marseille, Giacomo Lafranchini ( Franchini ) violoniste  en 1614   et-le plus important- Giovanni Paolo Maggini .  Une famille de luthiers à Crémone, en Italie, dans les 17e et 18e siècles, l' Guarneris , ainsi que les Amati et Stradivari familles, a l'art de la lutherie à son apogée. Alors que le Amatis et Stradivatis eux - mêmes confinés à Cremona, l'Guarneris établi des succursales à Mantoue et Venise. Violons Guarneri ont suivi les modèles et les traditions des Amatis jusqu'au moment de Giuseppe del Gesu, alors que le Stadivaris évolué thier propres lignes. Andrea Guarneri, [né c. 1626, mort dec.7th 1698] , était un compagnon apprenti de Antonio Stradivari dans l'atelier Amati. Ses fils Pietro Giovanni Guarnieri [connu comme Pierre de Mantoue pour éviter toute confusion avec son neveu], [né nov. 25 1666, est mort c.1740] , a continué les traditions de leur père avec des variations mineures. Dans la troisième génération, Pietro Guarneri (Peter de Venise), [né le 14 avril 1695, est décédé le 7 avril 1762] , les aspects intégrés de instuments de Venise dans son propre, et son frère Giuseppe Guarneri, [né août 21, 1698, est mort octobre 17, 1744] , est devenu le meilleur luthier de la ligne Amati. Giuseppe est connu comme "del Gesù" à cause des initiales IHS et une croix inscrite dans ses violons. Il écartait largement de la tradition familiale, le développement d' instruments unique son, deuxième qualité seulement à ceux de Stradivari. 
Giuseppe del Gesu et Peter de Venise peut-être des cousins ??plutôt que des frères, et Peter de Venise peut-être le fils de Pierre de Mantoue . L' un des violons de del Gesu a été joué par Niccolo Paganini et est toujours exposée à Gênes en Italie

        Laffranchi è tipicamente del bresciano, Laffranchini è specifico anch'esso del bresciano, di Esine, Pian Camuno ed Edolo, Lafranchi, praticamente unico, sembrerebbe anch'esso del bresciano, Lafranconi è specifico di Mandello del Lario, con un piccolo ceppo anche ad Abbadia Lariana, sempre nel lecchese, dovrebbero derivare, direttamente o attraverso forme ipocoristiche o accrescitive, dal nome medioevale germanico Lanfrancus (vedi LANFRANCHI), tracce di queste cognominizzazioni le troviamo a Brescia nel 1500 con Battista Laffranchi di Lovere, fabro a violinis, nel contado di Bormio nel 1600 nei Quaterni inquisitionum: "... in stuffa domus habitationis mei Sermondi cancellarii sedentibus, denuntiando comparuerunt videlicet: Laurentius quondam Ioannis Laffranchi et Andreas quondam magistri Nicolini Morselli de Semogo Communis Burmii...".       
 
 Mantoue (Mantova en italien ; Mantua en latin ; Mantoa en lombard) est une ville italienne, chef-lieu de la province du même nom en Lombardie, région de la plaine du Pô.

Au début du XIIème au début du XIVème siècle, Mantoue est une République urbaine. Puis, dans le cadre de la lutte entre les Guelfes et les Gibelins, elle passe en 1308 sous l'autorité des Bonacolsi (Guelfes), avant que ceux-ci ne soit supplantés en 1328 par les Gonzague (Gibelins).     Gouvernées par la Maison de Gonzague, Mantoue et Sabbioneta sont liées par une même histoire mais aussi par une tradition urbanistique, architecturale et artistique commune fondée sur les principes de la Renaissance. À ce titre, les deux villes sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité établie par l'Unesco en juillet 2008. 

  
Bergame : Les Suisses qui la visitent ignorent peut-être que quelques-uns des monuments les plus importants de la ville ont été construits par des architectes, des sculpteurs et des tailleurs de pierre tessinois.  Ils ne savent sûrement pas non plus que la présence des Suisses a été déterminante pour le commerce de la soie et les banques notamment.L'histoire de l'émigration suisse vers Bergame remonte à plus de 500 ans. Consul général de Suisse à Milan, David Vogelsanger la connaît bien. C'est lui qui est à l'origine du livre «Svizzeri a Bergamo», le sixième volume d'une série dédiée à la présence helvétique en Italie et publié par la revue tessinoise «Ticino Management» dans sa collection «Arte e storia».Les protestants suisses accueillis à Bergame«Aucune autre ville italienne n'est aussi liée à la Suisse que Bergame», soulignait David Vogelsanger lors de la récente présentation du livre à Lugano. «A l'époque de l'arrivée des premiers Suisses vers la fin de 1500, Bergame était une ville beaucoup plus tolérante que Milan, alors sous la domination espagnole. Elle était donc toute désignée pour accueillir nos compatriotes protestants que les cantons catholiques ne voulaient pas.» C'est ainsi que les marchands tessinois protestants Ronco et Orelli, chassés de Locarno à cause de leur foi et qui s'étaient d'abord réfugiés à Zurich, étaient arrivés à Bergame pour y acheter de la soie et du coton. Ils y étaient restés et avaient fait venir d'autres familles comme les Pestalozzi et les Von Muralt. Ces pionniers suisses ont implanté les premières fabriques de soie et, dès le 19ème siècle, de coton. Originaires des Grisons, de Zurich, Berne et Glaris, ils ont écrit l'histoire industrielle de la ville.«Le premier consul de Suisse à Bergame a pris ses fonctions en 1609, il y a donc juste 400 ans, explique David Vogelsanger. Il s'agissait d'un général zurichois qui demanda d'emblée trois choses aux autorités bergamasques pour ses concitoyens: l'autorisation du port d'armes, l'exemption d'impôts et la liberté de culte.»Le consul général de Suisse à Milan - dont dépendent aussi Venise et Bergame justement - raconte ainsi que la première requête a été accueillie, qu'il n'y a pas eu de réponse à la seconde et que la troisième a fait l'objet d'un compromis: «Les autorités ont répondu que les Suisses pouvaient pratiquer leur culte comme bon leur semblait, mais chez eux!» Les protestants suisses de Bergame ont en effet du attendre 1876 pour avoir leur église en ville.Les Frizzoni, une famille de mécènes«Aujourd'hui encore, explique l'avocat Gianfranco Ceci, maire adjoint de Bergame, la communauté suisse de Bergame a su conserver son identité tout en s'intégrant parfaitement dans notre ville. Je me suis passionné pour l'histoire des Suisses à Bergame dès que je suis entré au siège de l'administration communale, le superbe Palazzo Frizzoni.» Propriété de la famille du Grison romanche Giovanni Frizzoni qui participa, en 1848, à la révolte de Bergame contre la domination autrichienne qui écrasait Milan, le palais a été légué à la ville en 1927 par Enrico Frizzoni, un descendant de Giovanni. La famille Frizzoni s'est aussi distinguée à Bergame par ses œuvres de charité. Un de ses membres, Teodoro Frizzoni, avait fondé la maison d'accueil pour enfants «Salute del fanciullo».C'est un Suisse encore, Cesare Ginouilhiac qui avait fondé la principale banque de Bergame, la «Banca Popolare di Bergamo», qu'il avait présidée de 1869 à 1879.La présence des artistes tessinoisMais la présence suisse à Bergame est aussi et surtout artistique: la ville doit aux architectes, sculpteurs et ciseleurs tessinois, une bonne partie de ses œuvres d'art. Ainsi, la magnifique structure baroque du Dôme est-elle due à l'un des plus grands architectes tessinois, Carlo Fontana, élève de Bernini. L'intérieur de l'église de Sainte-Marie Majeure, un exemple éclatant du baroque lombard, a été dessiné par les Sala, de Lugano, et l'une de ses plus imposantes sculptures, le «Monument à Gaetano Donizetti» est due à Vincenzo Vela de Ligornetto. citons encore les fresques de Carporo Tencalla dans une salle du Palais Terzi, antique demeure de la ville qui porte aussi la signature du sculpteur de Montagnola Muzio Camuzio - dont la maison familiale a été le refuge tessinois de l'écrivain allemand Hermann Hesse jusqu'à sa mort - et celle du dessinateur Vincenzo Angelo Orelli, de Locarno.Les patronymes suisses sont encore nombreux aujourd'hui à Bergame: ceux des familles Legler, Honegger, Steiner, Blondel, von Orelli et Zavaritt, aujourd'hui à la double nationalité. Originaires d'Engadine, les Zavaritt avaient ouvert la première fabrique de soie à Bergame. Aujourd'hui, l’un de leurs descendants, Willi Zavaritt est le président de l'Académie Carrara, une des plus importantes pinacothèques d'Italie. «Comme beaucoup de Bergamasques qui ont émigré en Suisse, mon fils a fait le voyage en sens contraire et, de Bergame, est venu travailler à Lugano», plaisante Willi Zavaritt.L'idylle entre Bergame et la Suisse qui s'est développée durant cinq siècles ne s'est pas encore conclue aujourd'hui: le célèbre architecte tessinois Mario Botta a réalisé plusieurs projets d'envergure dans la ville lombarde, dont une bibliothèque universitaire et une église.
Pont de Almenno San Salvatore-Reine
Sont encore visibles dans le lit de la rivière Brembo, trois piliers du pont de l'époque romaine, appelé « Pont de la Reine ». Le nom dérive de la Reine Theodelinda populaires, littérature médiévale tôt en fait atteste la présence à la Cour Almenno Lombard et franca. Le pont se trouvait réellement sur l'ancienne route militaire romaine reliant Bergame à Côme, Lecco en Suisse. Initialement, il est supposé que le pont avait neuf arches, dont trois existaient encore à la fin de 700. Le pont a été en usage jusqu'à la fin de 1400 quand ruiné en raison d'une inondation.
 
 La Région du Piémont(prononcé [pje.mɔ̃] ; en piémontais Piemont et en italien Piemonte) est une région du nord-ouest de l'Italie. Le Piémont tire son nom de sa situation, au pied des Alpes. Traversé par le Pô, il est limitrophe des régions italiennes du Val d'Aoste, de Lombardie, de Ligurie et d’Émilie-Romagne, des cantons suisses du Valais et du Tessin et des régions françaises de Rhône-Alpes et de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Son chef-lieu est Turin.Le territoire qui correspond au Piémont d'aujourd'hui fut habité par des populations d'origine celto-ligure, qui ont été soumises à la  culture romaine depuis le iie siècle avant notre ère. ( Aux alentours des VIe et Ve siècles av. J.-C., la Calabre est une colonie grecque. De nombreuses villes grecques fleurissent aux bords des côtes calabraises, tout comme de celles d'autres actuelles régions côtières du sud de l'Italie : la Campanie, la Basilicate et la Pouille (sur la péninsule), ainsi que la Sicile (île). Elles sont tellement belles que les Grecs appellent l'ensemble des régions concernées Magna Græcia (Grande Grèce). La Magna Græcia commencera son déclin à cause des guerres et des luttes internes provoquées par l'arrivée des Romains.)     De nombreuses villes piémontaises conservent d'importantes traces de l’époque romaine. Le Piémont a été, à plusieurs reprises, ravagé lors d'incursions des tribus germaniques et, pendant le Haut Moyen Âge, a été une liaison entre le royaume des Lombards et celui des Francs. En 1418, la Principauté du Piémont naît pour être annexée, l'année suivante,  par le duc de Savoie, lequel a la faveur de l'empereur et représente, pour celui-ci, une opposition fiable au parti guelfe.
   Bergame,   De l'autoroute Milan-Brescia, Bergame apparaît à contre-jour; à demi étalée dans la plaine lombarde, à demi accrochée à la colline, coupée par les remparts vénitiens qui soutiennent ses dômes et ses tours. Ville typique de cette Italie du Nord, à la fois chargée de monuments somptueux du passé et d'une vie moderne discrète et active qui se concrétise par des usines dispersées à sa périphérie. Ville moyenne avec près de 120 000 habitants elle est à la fois une ville de plaine et de piedmont. Ville de plaine car elle est une de ces nombreuses agglomérations qui depuis très longtemps jalonnent la bordure septentrionale de la plaine du Pô de Turin à Venise, participant aux courants commerciaux, au développement industriel et à l'essor touristique. Tout comme ses voisines, elle est un des maillons de cette chaîne urbaine sur ce que l'on pourrait appeler la rocade nord de la plaine padane. Ville de piedmont car la montagne est toute proche et apparaît en arrière-plan. Les vallées bergamasques du Serio, du Brembo, du Cherio (Val Cavallina) convergent vers la cité. La ville a donné son nom aux montagnes voisines. La montagne fut et reste pour elle un réservoir d'hommes, de matières premières, d'énergie, une zone de repos et de détente pour les citadins d'aujourd'hui. C'est en quelque sorte cette double appartenance qui explique son développement et ses caractères actuels. Dans la zone d'influence économique de Milan, sur la route de Venise et de l'Adriatique, elle est le chef lieu d'une province peuplée et active qui s'étend sur la plaine padane et sur les Alpes lombardes jusqu'à la ligne de faîte orobique. 
 
 
 
 

  Première guerre d'independance italienne : http://fr.wikipedia.org/wiki/Premi%C3%A8re_guerre_d'ind%C3%A9pendance_italienne

  Front italien   Première Guerre mondiale 1915 1918 :    http://fr.wikipedia.org/wiki/Front_italien_(Premi%C3%A8re_Guerre_mondiale)

 guerre de 1935 à  1945 en Italiehttp://www.italie1935-45.com/

   

          http://archivesexpo.cg54.fr/Expo/Longwy/05.htm

                                                                                                                                    Cornflower bluepurple 42

      Saulnes greve bassin minier    1609886 719076524769552 932135759 ngreve mont st martin siderurgie

     1546319 721530414524163 1113799060 n   1620979 721533011190570 1526643917 n

émmigration italienne au Brésil : =       http://www.ciseionline.it/KMS/inc_100.asp?primo=16

 http://www.venarbol.net/chronique-familiale/lemigration/vers-le-bresil

 

 
 
 
 
 

Vous êtes le 199698ème visiteur

Date de dernière mise à jour : 05/01/2021

                                                                                       

                                                                                                                   http://www.cosmovisions.com/histRoyaumeLombardVenitien.htm             

Lombardie venetie 1